Les soldats ukrainiens de retour du front disent avoir vécu l'enfer sur terre

"L'enfer sur Terre". C'est ainsi que la plupart des soldats ukrainiens décrivent le front du Donbass, soumis à un déluge de bombes russes.

Artem Ruban du bataillon Svoboda assure la sécurité à Bakhmout, à plusieurs kilomètres des combats. Il voit régulièrement des hommes revenir du front, et ceux qui ont combattu à Severodonetsk, tombée aux mains des Russes le 24 juin dernier, disent avoir vécu l'enfer.

Des conditions inhumaines

"C'est difficile de vous expliquer ici ce qu'ils ressentent maintenant ou ce qu'ils ont vécu sur le front. Ils se sont battus jusqu'à la fin là-bas. La tâche était de détruire l'ennemi, quoi qu'il arrive" explique-t-il, en ajoutant que les conditions de combat "n'étaient pas humaines".

L'un des commandants de son bataillon, Volodymyr Nazarenko, explique que Severodonetsk a été "méthodiquement rasée" par les Russes, à coup de tirs d'artillerie incessant voir même d'incendies de forêts pour empêcher la constitution de zones de défense.

Mais les deux militaires l'assurent : le moral de nos hommes "est bon". L'ennemi sera battu "à coup sûr, jusqu'à ce que nous rétablissions les frontières de 2014, y compris la Crimée" se convainc Artem.

À Sloviansk, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest, une boutique de pêche convertie en centre de distribution pour les militaires voit les hommes revenir du front.

Le regard vide

Certains viennent pour la première fois, "souriants et peut-être un peu timides" explique Tetiana Khimion, qui a participé à la mise en place de ce centre. Mais lors de leur visite suivante, cette ancienne chorégraphe constate "u_n vide dans leurs yeux, qui témoigne du fait qu'ils ont traversé quelque chose, ils sont différents_", poursuit Mme Khimion.

Les militaires tentent de trouver un réconfort, de courte durée, avant de retourner au front, alors que l'étau se resserre sur Lyssytchansk ; les forces russes ont annoncé ce samedi avoir encerclé la ville.