«Les soldats français ne furent pas les "Waffen SS" du Rwanda»

Didier Tauzin est un militaire qui connaît bien l'Afrique. Il y a effectué plusieurs missions, dont certaines secrètes. Mais aujourd'hui, il en a assez de voir la France critiquée pour sa politique africaine. Alors il a écrit un livre, Rwanda, je demande justice pour la France et ses soldats. Pour défendre, dit-il, l'honneur de la France et de ses soldats, qui n'ont pas à rougir des actions menées sur le continent africain depuis... la colonisation.

«Cette période dont certains Français voudraient avoir honte», s'insurge Tauzin.

Mais l'essentiel de son plaidoyer concerne le rôle de la France dans un pays «d'une beauté exceptionnelle»: le Rwanda, où s'est déroulé le dernier génocide du XXe siècle. Avec la complicité plus ou moins tacite de Paris? Depuis 1994, le soupçon n'a jamais été entièrement levé.

Défendre le rôle de la France

Aujourd'hui général de division, Didier Tauzin a dirigé pendant deux ans, de 1992 à 1994, le 1er régiment parachutiste d'infanterie de marine, le RPIMa. Ce qui va le conduire dès 1992 en mission au Rwanda. Il y retourne en 1993, chargé d'une opération secrète pour repousser les rebelles du Front patriotique rwandais (FPR), en guerre contre le régime de Juvénal Habyarimana depuis octobre 1990. À sa grande déception, on l'empêchera de porter le coup fatal à cette armée créée par des exilés tutsi, chassés du pays par vagues successives depuis les années 60.

Après 1993, vint 1994 et le génocide des Tutsi du Rwanda. Didier Tauzin retourne pour une dernière mission au pays des Mille Collines lors de l'opération humanitaire Turquoise, fin juin 1994.

Aujourd'hui, Didier Tauzin veut raconter sa vérité: non, les soldats français ne furent pas les «Waffen SS» du Rwanda, affirme t-il avec force. Certes.

La tragédie rwandaise est d'abord l'affaire des Rwandais eux-mêmes. Ce ne sont pas des Français qui ont tué, pillé, violé ou donné les ordres d'attaquer des églises remplies de (...) Lire la suite sur Slate.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.