Solar Orbiter immortalise sa première éjection de masse coronale

·1 min de lecture

Les éjections de masse coronale (EMC) sont des phénomènes extrêmement violents. En quelques minutes, ce sont des milliards de tonnes de matière solaire qui peuvent être expulsées dans l’espace. À des vitesses de l’ordre de mille kilomètres par seconde. Avec des impacts potentiels sur Terre. Sous la forme d’orages magnétiques qui peuvent perturber certaines de nos technologies et se révéler dangereux pour les astronautes.

Ainsi, étudier les éjections de masse coronale est l’un des objectifs de la mission Solar Orbiter. En février dernier, justement, l’engin a immortalisé sa première EMC — suivie presque immédiatement d’une seconde. Il croisait alors à environ la moitié de la distance entre la Terre et le Soleil et finissait de passer derrière notre étoile — du point de vue de notre Terre. Une phase pendant laquelle les chercheurs n’avaient pas envisagé d’être en mesure d’enregistrer des données.

La réussite a été de leur côté. Car non seulement Solar Orbiter a été le témoin d’une EMC à ce moment-là, mais ce sont trois de ses instruments qui ont pu l’enregistrer. Offrant des perspectives différentes sur le phénomène. Même si les images restent imparfaites. Car la mission, lancée en février 2020, ne sera pleinement opérationnelle qu’à partir du mois de novembre de cette année.

Le Solar Orbiter Heliospheric Imager (SoloHI) observe le vent solaire, la poussière et les rayons cosmiques qui remplissent l’espace entre le Soleil et les planètes. Le 12 février 2021, il a immortalisé une éjection de masse coronale (EMC). Des images obtenues à partir seulement de l’un de ses quatre détecteurs fonctionnant à moins de 15 % de ses pleines capacités. © ESA & Nasa/Solar Orbiter/SoloHI team/NRI
Le Solar Orbiter Heliospheric Imager (SoloHI) observe le vent solaire, la poussière et les rayons cosmiques qui remplissent l’espace entre le Soleil et les planètes. Le 12 février 2021, il a immortalisé une éjection de masse coronale (EMC). Des images obtenues à partir seulement de l’un de ses quatre détecteurs fonctionnant à moins de 15 % de ses pleines capacités. © ESA & Nasa/Solar Orbiter/SoloHI team/NRI

Une éjection de masse coronale vue sous tous les angles

Sur les images renvoyées par le Solar Orbiter Heliospheric Imager (SoloHI), les astronomes ont pu voir l’éjection de masse coronale apparaître comme une soudaine rafale se dilatant ensuite dans le vent solaire. L’Extreme Ultraviolet Imager...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles