Ce soir on ne rate pas : " Viol, elles se manifestent "

" Le violeur est un prédateur qui renifle sa proie ". Ce prédateur, 75 000 femmes le rencontrent chaque année en France. C'est un mari, un médecin, un père, un fugitif, un camarade de classe ou un inconnu. Pour briser le silence, six femmes témoignent. Avec une voix tremblante, de façon anonyme ou en lisant un livre parce qu'il est difficile de trouver les mots, ces femmes racontent l'acte abject qu'elles ont subi. Leurs histoires sont différentes, mais des similitudes nous frappent. Les trous noirs, le corps qui se paralyse, l'impression d'être une chose, et le silence. " Je sentais ses mains descendre sur mon sexe, ses doigts me grattaient à l'intérieur ". Si les mots de Claudine Rohr, 52 ans, semblent crus, ils décrivent simplement la réalité. Une réalité que lui a fait vivre son père, alors qu'elle avait six ans.Briser le silencePour se protéger, Laura, 15 ans, ne regardait jamais ses agresseurs dans les yeux, " je ne regardais que les arbres, je me sentais plus libre ". Le soir, elle allait chercher son doudou en guise de réconfort. Puis, comme les autres victimes qui témoignent, elle a brisé le silence. " Ce sont des choses qui arrivent ", ou " tu as vécu le rêve de toutes les femmes ", sont des phrases qu'elles ont entendues. Malgré tout, elles ont parlé et se reconstruisent, peu à peu.

Ce documentaire, réalisé par Andrea Rawlins-Gaston, est un manifeste. Ces femmes ne doivent pas être regardées comme des victimes, mais comme des héroïnes. En France, en moyenne, une femme est violée toutes les 8 minutes. Pendant le temps que dure le documentaire, 9 femmes seront violées. Un message leur est délivré ce soir : parlez !

> " Viol, elles se manifestent ", dimanche 25 novembre à 22h25 sur France 2.

Retrouvez cet article sur elle.fr

45 affiches pour dénoncer les violences faites aux femmes : cliquez ici pour voir les autres photos
Violences faites aux femmes : mieux former les professionnels
Violences faites aux femmes : le coup de gueule d'Asma Guénifi
Violences faites aux femmes : la nouvelle campagne de Ni Putes Ni Soumises

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.