Publicité

Soirée meurtrière à Crépol : les gendarmes lancent un appel à témoins pour identifier les assaillants

La colonelle Marie-Laure Pezant, porte-parole de la gendarmerie, a lancé ce mardi 21 novembre un appel à témoins sur franceinfo. L’objectif : faire avancer l’enquête sur la bagarre mortelle survenue à Crépol, dans la Drôme, le weekend précédent (capture d’écran d’archive datant d’août 2023).
Capture d’écran franceinfo La colonelle Marie-Laure Pezant, porte-parole de la gendarmerie, a lancé ce mardi 21 novembre un appel à témoins sur franceinfo. L’objectif : faire avancer l’enquête sur la bagarre mortelle survenue à Crépol, dans la Drôme, le weekend précédent (capture d’écran d’archive datant d’août 2023).

POLICE - Après une « bagarre d’une violence assez inouïe », les forces de l’ordre veulent progresser au plus vite. Dans le cadre de l’enquête sur la mort de Thomas, 16 ans, victime de l’assaut d’un groupe de jeunes contre une fête de village à Crépol, dans la Drôme, la porte-parole de la gendarmerie nationale Marie-Laure Pezant a lancé ce mardi 21 novembre un appel à témoins qui doit permettre aux enquêteurs d’accélérer dans leurs investigations.

Au micro de franceinfo, la colonelle a en effet demandé à tous ceux qui publiaient des photos de la soirée de les « transmettre » aux enquêteurs. L’objectif est notamment de compléter les prélèvements effectués dans la salle des fêtes prise d’assaut dans la nuit de samedi à dimanche, les dizaines d’auditions de témoins, l’étude des données de téléphonie et des images de vidéosurveillance, et l’enquête de voisinage qui ont déjà permis de récolter de nombreux éléments.

Alors qu’une enquête est ouverte pour « homicide et tentatives en bande organisée », Marie-Laure Pezant a prévenu des progrès rapides de celle-ci. Et de lancer un appel aux fauteurs de troubles : « Ce serait plus raisonnable que les auteurs se présentent, parce qu’on ne va pas tarder à venir les chercher… » Dès lundi soir, le procureur de la République de Valence, Laurent de Caigny, avait déjà expliqué dans un communiqué que les « enquêteurs procèdent très vite », ce qui laisse « espérer une évolution opérationnelle rapide ».

Pas une simple « rixe » entre jeunes

Revenant sur les faits survenus ce weekend, Marie-Laure Pezant a tenu à écarter l’idée d’une rixe. « Une rixe, ce sont deux groupes de jeunes qui ont décidé de prendre rendez-vous et de s’affronter. Ici, on n’est pas dans cette configuration-là », a-t-elle expliqué, toujours sur franceinfo, évoquant en l’occurrence une « bagarre d’une violence assez inouïe pour un village de 500 habitants ».

À Crépol, a décrit la porte-parole de la gendarmerie, ce sont plutôt des dizaines de jeunes qui ont tenté de rentrer dans un bal de village dont ils ont été repoussés par un vigile. Ce dernier a reçu le soutien de participants à la fête après qu’un premier coup de couteau a été donné. L’enquête doit permettre de « définir les responsabilités de chacun », a fait savoir ce mardi Marie-Laure Pezant. En plus de Thomas, mortellement poignardé, deux autres personnes ont été grièvement blessées dans la cohue. Elles ne se trouvent plus en urgence absolue ce mardi.

Après le drame, une marche blanche est prévue à Romans-sur-Isère ce mercredi 22 novembre. À l’initiative de la famille de la jeune victime, elle doit s’élancer du lycée où il était scolarisé pour se terminer au stade rugby où il jouait en club.

À voir également sur le HuffPost :

Val-de-Marne : Un jardinier « sauvagement » agressé, Gérald Darmanin dénonce « racisme et violence »

L’enfant agressé par son baby-sitter à Choisy-le-Roi est mort : ce que l’on sait de l’affaire