Soins déprogrammés à cause du Covid : "Jusqu'à 10.000 personnes" mourront de leur cancer

·1 min de lecture

"Le prix qui a été payé par les personnes malades du cancer est considérable." Le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, s'est alarmé des conséquences de la stratégie gouvernementale contre le Covid sur les patients atteints de pathologies chroniques. Il estime que les perturbations entrainées à l'hôpital par le virus vont causer des décès supplémentaires. Selon lui, "jusqu'à 10.000 personnes perdront la vie" en raison d'une prise en charge insuffisante de ces maladies lors de la pandémie. Un chiffre qui pourrait continuer d'augmenter en raison des déprogrammations et des transferts de patients actuellement mis en place en Île-de-France

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 14 mars 

Environ 20 % des diagnostics n'ont pas été faits

Comme l'explique Axel Kahn, l'Institut national du cancer a publié en début d'année le bilan des diagnostics prévus finalement non réalisés. Sur environ 400.000 diagnostics de cancer effectués tous les ans, "20 % n'ont pas été faits", explique le médecin. Cela représente environ 80.000 patients.

Et la situation s'est "aggravée depuis. On doit être à 90.000 ou 95.000 retards de diagnostics, auxquels il faut ajouter les retards de coloscopies pour confirmer un cancer colorectal et les retards de colposcopies pour le col de l'utérus". Un constat également valable pour "les reports de chirurgies carcinologiques [relatives au cancer, ndlr] non-prioritaires" et ceux de chirurgies reconstruc...


Lire la suite sur Europe1