Comment soigner des verrues génitales ?

Getty Images

Les verrues génitales peuvent aussi bien toucher les hommes que les femmes. On remarque d'ailleurs une augmentation du risque chez les jeunes adultes, soit au début de la vie sexuelle. Les souches HPV 6 et HPV 11 souvent incriminées dans le développement des condylomes ne sont pas connues pour évoluer vers une cancérisation, contrairement à d'autres HPV dits oncogènes, comme le HPV 16 ou le HPV 18. Toutefois, les risques de récidives des verrues génitales – après traitement – restent très élevés (30 à 50 % des cas*).

Si la plupart des verrues génitales disparaissent spontanément en 1 à 2 ans, certaines lésions nécessitent néanmoins une prise en charge médicale adaptée, d'une part, pour limiter les risques de transmission du HPV qui est un virus très contagieux et, d'autre part, pour favoriser la cicatrisation des verrues qui peuvent occasionner des démangeaisons ou des sensations de brûlure. Le traitement de première intention est local. Il s'agit de l'application d'une crème immunomodulatrice (imiquimod, podophyllotoxine…) qui va booster l'immunité du patient. Appliqué sur les lésions, le traitement s'avère généralement efficace en 4 à 16 semaines selon le nombre de verrues génitales. Pour les condylomes volumineux, le recours à une intervention chirurgicale est parfois envisagé. Il existe différentes techniques opératoires pour enlever les excroissances : électrocoagulation, laser, exérèse…

Si les condylomes sont bénins dans la plupart des cas, ils ont la fâcheuse tendance à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lavage des mains : pourquoi c'est si important ?
Comment se protéger des perturbateurs endocriniens ?
Comment se calmer quand on est énervé ?
Comment savoir si on a une maladie psychosomatique ?
Comment arrêter de fumer ?