Quand des soignants à bout préfèrent quitter l’hôpital

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Cela faisait longtemps que Lucie n’avait pas emprunté le chemin qui la mène aux urgences de l’hôpital. Pendant des années, cette infirmière l’a pourtant parcouru avec conviction : “ça faisait partie de ma culture, ça faisait partie de mes idéaux de travailler à l’hôpital sur l’aspect social et pour l’aide à l’autre, un lieu où la connotation de rendement ou d’investissement est censée être absente.

J’ai passé des moments extraordinaires dans cet endroit, j’ai vécu des grandes joies des grandes tristesse aussi. Des nuits atroces à courir partout mais avec toujours le même plaisir d’y retourner et cette satisfaction d’avoir bien, ou du moins le mieux possible, fait notre travail.”

"Je dois faire le deuil de mon métier d'infirmière"

Pendant 6 ans, Lucie consacre ses nuits à soigner les patients des urgences, où les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles. Mais c’est une agression, alors qu’elle est enceinte, qui va entrainer son départ de l’hôpital. Après avoir exercé en libéral, aujourd’hui, Lucie passe un nouveau cap professionnel, en se lançant dans une carrière dans l’immobilier.

Un choix loin très diffcile pour la jeune femme : “c’est compliqué, je suis en plein deuil en fait. Deuil d’être infirmière parce que c’est vraiment quelque chose d’ancré en moi depuis toujours. Pour moi aujourd’hui, on n’est plus dans l’aspect social et solidaire dans lequel on (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi