Du sodium qui pétille sur l'astéroïde Phaéton explique son comportement de comète

·2 min de lecture

Cet astéroïde à l'origine d'une pluie d'étoiles filantes brille comme une comète à l'approche du Soleil.

C’est en 1983 que le satellite IRAS de la NASA repère (3200) Phaéton, un astéroïde qui frôle l’orbite terrestre à seulement huit fois la distance Terre-Lune selon ses passages. C'est également lui, et la poussière qu'il a perdu dans l'espace, qui sont à l'origine de . Elle se produit chaque année vers la mi-décembre. Phaéton attire depuis longtemps l'attention des astronomes notamment parce qu'à proximité du Soleil sa brillance augmente et il présente alors un aspect le faisant ressembler à une comète.

Phaéton est un étrange astéroïde

C'est sa trajectoire l'amenant près de notre étoile qui a d'ailleurs donné son nom à Phaéton : il est le fils d'Hélios, le dieu Grec personnifiant le Soleil. (3200) Phaéton ressemble à un gros boulet de canon de 5,8 km de diamètre. L'un de ses pôles est marqué par une profonde dépression qui s'étend jusqu'à l'équateur. L'astre est principalement composé de roches et non de glace comme les comètes et il est enveloppé d'un nuage de poussières particulaires. En atteignant l'atmosphère terrestre, celles-ci se consument et forment les étoiles filantes des Géminides. Des chercheurs de Caltech et du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont voulu comprendre pourquoi l'astéroïde revêt cet aspect cométaire près du Soleil. Sans glace pour se sublimer il ne devrait pas se mettre à briller à moins qu'un autre élément ne joue le rôle de cette glace.

Une piste se profile grâce à l'observation des Géminides. Avant de se désintégrer, les morceaux d'astéroïdes échauffent l'air autour d'eux qui atteint alors des températures de plusieurs milliers de degrés. Un phénomène qui génère de la lumière dont la couleur est représentative des éléments tirés de l'astéroïde. Le sodium, par exemple, crée une teinte orangée. Mais les Géminides sont connus pour être pauvres en sodium. Jusqu'à présent, les scientifiques supposaient que ces petits morceaux de roche perdaient leur sodium après avoir quitté l'astéroïde. Cette nouvelle étude, publiée dans , suggère que le [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles