Socrate et les galères sacrées

Chaque année, les Athéniens envoient à Délos un ambassade sacrée. Ils souhaitent ainsi remercier le dieu Apollon d'avoir sauvé des griffes du Minotaure les jeunes Athéniens qui lui étaient livrés en patûre. Or, en l’absence de la galère sacrée, la cité athénienne doit rester pure de toute souillure. Les exécutions sont donc interdites jusqu’à son retour. Au printemps 399, on l’aperçoit au large du Cap Sounion. L'heure de Socrate a sonné...


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles