Le sociologue Michel Pinçon est mort à l'âge de 80 ans

© JACQUES DEMARTHON / AFP

Le sociologue Michel Pinçon, qui avait commencé comme sociologue des ouvriers avant de se tourner vers la transmission de la richesse dans la noblesse et la haute bourgeoisie, est décédé, a annoncé mercredi son épouse. Michel Pinçon, 80 ans, ancien directeur de recherches au CNRS, s'est éteint lundi à son domicile en région parisienne, après avoir été touché par la maladie d'Alzheimer, a précisé Monique Pinçon-Charlot, 76 ans.

"27 livres à quatre mains"

L'essentiel de son œuvre a été écrit en collaboration avec elle. "Je dis toujours que nous avons écrit 27 livres à quatre mains", a-t-elle déclaré. Leurs ouvrages de référence s'appellent "Dans les beaux quartiers" (PUF, 1989) ou encore "Les Ghettos du gotha" (Seuil, 2007). Il avait d'abord publié deux livres sur les milieux populaires, dont un en 1982 ("Cohabiter") à l'issue d'une longue enquête en immersion dans une cité HLM de la banlieue de Nantes.

Puis, constatant le désintérêt de leurs collègues sociologues pour les plus favorisés, le couple avait choisi de se plonger dans la vie des familles fortunées. Grâce à l'entremise d'un collègue issu de cette classe sociale, Paul Rendu, ils avaient pu s'entretenir avec et partager un peu la vie des très riches, dont ils étaient extrêmement critiques.

"Vivant pour l'essentiel dans leurs quartiers et dans des espaces protégés, les classes privilégiées n'ont guère de contacts avec les autres groupes sociaux", écrivent les auteurs de "Dans les beaux quartiers". Depuis leur retraite en...


Lire la suite sur Europe1