Société Générale : des employés accusés d’avoir détourné près de 500 000 euros

Vaste affaire de détournement à la Société Générale. Trois anciens employés de la banque, en Seine-et-Marne, sont accusés d' avoir détourné près de 500 000 euros, entre 2009 et 2011. Ils contractaient de faux prêts bancaires dans cinq agences du département, détaille Le Parisien.

Les anciens employés, deux hommes et une femme, tous âgés d’une trentaine d’années, ont été jugés au tribunal correctionnel de Melun pour escroquerie en bande organisée, blanchiment aggravé et faux et usage de faux.

De faux documents d'identité

Pour arriver à leurs fins, ils constituaient de faux dossiers de demande de prêts, majoritairement des crédits à la consommation "Expresso". Ils se servaient de faux documents d’identité, utilisaient de faux noms ou alors travaillaient avec des personnes réelles qui touchaient les prêts.

Dans ces trois cas, les employés de banque percevaient des commissions. "En général, ces vraies personnes étaient des gens du voyage", explique un avocat de la défense cité par Le Parisien.

Prison requise

Au total, plus d’une vingtaine de faux comptes auraient été créés sur cette période. Des comptes vidés quelques jours à peine après leur création. C’est ce qui a éveillé les soupçons, des sommes importantes arrivant comme par miracle sur leurs comptes en banque personnels.

La femme, qui ne reconnaît aucun des faits reprochés, a demandé la relaxe. En revanche, les deux autres prévenus ont reconnu en partie les faits reprochés, avec des sommes moindres. La Société Générale a demandé le remboursement total des prêts. Le procureur a requis à leur encontre entre 12 et 18 mois de prison, avec une part de sursis. Le jugement sera rendu le 17 mars prochain.

Ce contenu peut également vous intéresser :