Le socialiste Olivier Faure assure ne pas être "toutouisé" par Mélenchon

Le patron du PS Olivier Faure a assuré dimanche qu'il n'était aucunement "toutouisé" par le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon au sein de l'alliance de gauche Nupes, en réponse à une critique de l'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve.

"La gauche est sous la domination de Jean-Luc Mélenchon et la direction du PS s’est laissée +toutouiser+", a accusé M. Cazeneuve dans Le Journal du dimanche (JDD), où il lance un manifeste pour "une autre gauche" avec 400 personnalités.

M. Faure a déclaré à France inter-Franceinfo-Le Monde que l'expression l'avait "amusé". M. Cazeneuve s'est "mélenchonisé" en utilisant ce terme de "toutouisé", du "registre de LFI", a-t-il taclé.

"Nous sommes à l'approche d'un Congrès (début 2023, ndlr), il y a des gens qui cherchent à créer de la tension, c'est le jeu", a ajouté le dirigeant du PS.

Bernard Cazeneuve, qui a quitté le PS après l'accord sur la Nupes, estime qu'"une autre gauche est possible, qui rompe avec l’outrance et le sectarisme".

Son manifeste a été paraphé par le maire du Mans Stéphane Le Foll, l'ex-Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis ou la cheffe de file du courant minoritaire du PS opposé à la ligne pro-Nupes Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin.

M. Faure a observé que parmi les signataires figuraient aussi "des soutiens de longue date d'Emmanuel Macron" ainsi que "des gens qui ont demandé à être soutenus par la Nupes aux législatives".

Mais "si on n'aime ni les écologistes, ni les insoumis, ni les communistes, si on n'aime personne à gauche, avec qui entend-on gouverner ?", a poursuivi M. Faure, alors que M. Cazeneuve a envoyé des piques aux uns et aux autres. "Si on souhaite rejoindre Emmanuel Macron, c'est une possibilité" pour ses soutiens, selon le numéro un du PS.

Pour sa part, Olivier Faure dit qu'il "cherche à construire un chemin pour l'ensemble de la gauche et des écologistes" et affirme avoir sa "propre voie".

Il n'y pas de "subordination" à l'égard de LFI, a-t-il martelé, soulignant notamment que "nos votes sont parfaitement libres" à l'Assemblée nationale.

reb/are/gvy