"Socialement explosif" : le nouveau projet de budget allemand suscite la controverse

"Socialement explosif" : le nouveau projet de budget allemand suscite la controverse

Le gouvernement allemand a dévoilé ses plans budgétaires préliminaires, attendus depuis longtemps, après des mois de controverses politiques qui ont menacé de faire tomber la coalition au pouvoir du chancelier allemand Olaf Scholz.

En Allemagne, une proposition a suscité plus de réactions que les autres : l'idée de Robert Habeck, ministre de l'Économie et du Climat, d'accorder un allègement fiscal aux travailleurs étrangers qualifiés afin de combler le déficit de compétences en Allemagne a été critiquée par les partis politiques de tout bord.

Le ministre a suggéré que ce nouvel allègement fiscal - qui offrirait aux travailleurs étrangers qualifiés une réduction d'impôt de 30 %, ramenée à 10 % après trois ans - inciterait les travailleurs étrangers qualifiés à venir s'installer en Allemagne.

"Si davantage de travailleurs qualifiés viennent en Allemagne parce qu'ils veulent travailler ici ou parce qu'ils profitent de ces avantages, nous serons tous gagnants", affirme Robert Habeck.

L'idée a toutefois été vivement critiquée par d'autres partis qui estiment qu'elle favorise les ressortissants étrangers au détriment des citoyens allemands.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, suivi du ministre de l'Économie Robert Habeck, après une conférence de presse sur le budget 2025, à Berlin, le 5 juillet 2024
Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, suivi du ministre de l'Économie Robert Habeck, après une conférence de presse sur le budget 2025, à Berlin, le 5 juillet 2024 - Kay Nietfeld/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten

Julia Kockner, porte-parole de l'Union chrétienne-démocrate (centre-droit) en matière de politique économique, a déclaré que cette proposition équivalait à une "discrimination à l'encontre des résidents du pays".

Le secrétaire général de la CSU, Martin Huber, a également critiqué le plan, déclarant au tabloïd Bild que le "traitement fiscal préférentiel" était "scandaleux".

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, qui a fait de la lutte contre l'immigration et du nationalisme allemand le cœur sa campagne, a qualifié cette idée de "gifle pour les travailleurs allemands".

Le plan a également suscité des critiques à l'autre bout de l'échiquier politique, Susanne Ferschl, membre du parti de gauche, déclarant que cette proposition accorderait aux travailleurs qualifiés étrangers un traitement préférentiel par rapport aux autres immigrants en Allemagne et qu'elle risquait d'aller à l'encontre du principe de qualité inscrit dans la constitution de l'Allemagne.

La présidente de la Confédération allemande des syndicats, Yasmin Fahimi, est allée jusqu'à qualifier cette idée de "socialement explosive".

L'Allemagne a besoin de travailleurs étrangers pour rester compétitive

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'Allemagne est passée de la 12ème à la 15ème place sur la liste des pays qui attirent le plus les étrangers.

La pénurie de compétences dans des secteurs clés coûterait 29 milliards d'euros à l'économie allemande, selon l'Institut économique allemand - une perte qui aurait été multipliée par dix depuis 2010.

Robert Habeck a soutenu que le plan avait fonctionné dans d'autres pays tels que l'Autriche et les Pays-Bas et qu'il pourrait donc être utilisé avec succès par l'Allemagne pour résoudre le problème des pénuries de compétences, affirmant que cela "valait la peine d'essayer" d'inciter les étrangers qualifiés à venir en Allemagne.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, au centre, le ministre de l'Économie Robert Habeck, et le ministre des finances Christian Lindner, le vendredi 5 juillet 2024.
Le chancelier allemand Olaf Scholz, au centre, le ministre de l'Économie Robert Habeck, et le ministre des finances Christian Lindner, le vendredi 5 juillet 2024. - Kay Nietfeld/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten

Le budget, adopté vendredi dernier, a failli entraîner la coalition au pouvoir en Allemagne dans une crise politique, les trois partis au pouvoir tentant de trouver un équilibre entre le respect de la limite constitutionnelle de la dette allemande et l'engagement de dépenses de plus en plus nécessaires.

Le nouveau plan fiscal a également été critiqué pour la limitation des dépenses qu'il prévoit dans le secteur de la défense et de la sécurité européenne, alors que les partenaires internationaux de l'Allemagne ont déjà accusé à plusieurs reprises le pays de ne pas soutenir suffisamment l'Ukraine.

Lors des dernières élections européennes, la coalition gouvernementale allemande - composée du parti social-démocrate de centre-gauche, du parti néolibéral-démocrate et du parti vert de centre-gauche - a été largement battue par la CDU/CSU de centre-droit.