"Social, environnemental, productif": ces Premiers ministres potentiels qui cochent (ou non) les cases

Emmanuel Macron et Jean Castex. - Ludovic Marin
Emmanuel Macron et Jean Castex. - Ludovic Marin

À quelques heures du dernier conseil des ministres de Jean Castex, toutes les têtes sont tournées vers le futur locataire de Matignon. Emmanuel Macron a donné ce mercredi à Cergy-Pontoise pour son premier déplacement après sa victoire un indice du profil qu'il souhaite. Il s'agira de quelqu'un qui est "attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive".

Parmi les noms qui circulent, plusieurs profils semblent correspondre à cette feuille de match, d'autres semblent plus éloignés.

876450610001_6305300702112

Élisabeth Borne, l'actuelle ministre du Travail fait partie des profils envisagés. Son passage par le cabinet de Ségolène Royal alors ministre de l'Écologie avant de devenir elle-même ministre des Transports en 2017 puis de la Transition écologique en 2019 pourrait jouer en sa faveur. De par son poste rue de Grenelle, elle peut également se targuer de bien connaître les syndicats, un élément en sa faveur pour négocier l'allongement de l'âge de départ à la retraite.

Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, semble cocher les cases. Issu de la gauche, c'est un ancien soutien de Martine Aubry à la primaire socialiste puis un proche des députés frondeurs, l'aile gauche de la Hollandie pendant le précédent quinquennat. Il a également soutenu la taxe sur les poids lourds qui a été à l'origine du mouvement des Bonnets rouges, avant de rétropédaler. Problème: il est toujours mis en cause dans une affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne qu'il a un temps dirigé et qui lui avait déjà coûté son poste de ministre en 2017. (Anticor s'est pourvu en cassation en 2021 pour contester la prescription des faits reprochés à Richard Ferrand NDLR).

Julien Denormandie fait également partie des options sur la table. Il vient lui aussi de la gauche. Mais son nom pourrait crisper sur les bancs des écologistes, alors que sa vision de la gestion des forêts françaises a été pointée du doigt tout comme sa relative proximimité avec la FNSEA. Ses propos dans lesquels il affirmait qu'à "peu près une cinquantaine d'hommes isolés en Île-de-France dorment dehors" en 2018 avaient également fait désordre, sans compter le fait qu'il n'a pas d'expertise sur les questions sociales.

Le nom de Christine Lagarde qui aurait été glissé par Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron est également évoqué. Si la présidente de la BCE a l'avantage d'un profil international, plusieurs éléments jouent en sa défaveur. Plusieurs de ses sorties médiatiques avaient fait débat lors de son passage à Bercy. Face à l'envolée des prix de l'essence en 2007, elle proposait aux Français "d'utiliser leurs bicyclettes". La même année, elle avait également évoqué le lancement d'un "plan de rigueur" quelques jours avant la crise des subprimes. Autant d'éléments qui ne pèsent pas vraiment en sa faveur en pleine hausse des prix à la pompe et des problèmes de pouvoir d'achat.

Le nom de Nicole Notat, l'ancienne patronne de la CFDT, circule également. Âgée de 74 ans, elle connaît très bien les arcanes des relations sociales, un point fort, et a planché sur le Ségur de la santé au nom du gouvernement en mai 2020, l'une des priorités du nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron. Elle méconnaît cependant les sujets environnementaux.

Enfin, Nathalie Kosciusko-Morizet fait partie des options envisagées. Cette ancienne ministre de l'Écologie sous Nicolas Sarkozy a fait partie des premières à droite à s'intéresser aux sujets environnementaux. Après sa défaite aux législatives en 2017, face à Gilles Legendre, le candidat LaREM, elle part à New York où elle travaille d'abord pour le cabinet de conseil Capgemini avant de rejoindre un fonds d'investissement. Quelques semaines après la polémique autour de McKinsey, son CV pourrait faire tâche, sans compter qu'elle n'a pas d'expertise en matière de relations sociales.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles