"Une société qui maltraite ses enfants, c’est une société qui met en péril son âme" : le coup de gueule de Lyes Louffok, ancien enfant placé

France 3
·1 min de lecture

Des éducateurs dépassés, parfois maltraitants, des enfants en détresse dans des situations d’une extrême gravité, comme des cas d'abus sexuels commis par d’autres enfants en foyer ou en famille d'accueil, ou des adolescents de 15 ans livrés à eux-mêmes dans des chambres d’hôtel... Le 16 janvier 2019, le magazine "Pièces à conviction" diffusait un document choc intitulé "Enfants placés : les sacrifiés de la République". Cette enquête au cœur de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) révélait l’ampleur de problèmes jusque-là étouffés.

Ces graves dysfonctionnements ont ému l'opinion, jusqu'au sommet de l'Etat. L'implication d'un ancien enfant placé, Lyes Louffok, venu témoigner de l'enfer qu'il a vécu en foyer sur le plateau de l'émission, a contribué à déclencher une prise de conscience collective et ouvert la voie pour de nombreuses victimes. Le jeune homme est devenu un porte-parole pour ces enfants oubliés, au nombre de "340 000 en France, et dont 70% sortent de l'ASE sans aucun diplôme" s'insurge-t-il.

Un coup de fil de Brigitte Macron

Le soir même de la diffusion, Lyes Louffok a reçu "une avalanche de messages" de remerciements, puis le lendemain, un soutien inattendu : celui de Brigitte Macron. "Extrêmement scandalisée par les images qu'elle a vues", la première dame l'a appelé sur son (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi