Société liée à des paradis fiscaux : Agnès Pannier-Runacher dénonce des «allégations fausses»

© Thomas SAMSON / AFP

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a dénoncé mardi des "allégations fausses et calomnieuses" après la publication d'une enquête révélant que ses enfants détenaient des parts dans une société dont les fonds sont en partie domiciliés dans des paradis fiscaux .

"J'ai pris connaissance ce matin des allégations fausses et calomnieuses publiées par (l'ONG) Disclose" et ce sujet "n'a pas de lien avec mes fonctions de ministre", a affirmé la ministre lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée, en réponse à une question du socialiste Arthur Delaporte. "Il n'y a donc rien de dissimulé, rien de caché", a-t-elle insisté, assurant que les opérations visées avaient été réalisées par "le biais d'une entreprise française".

Une transmission "par le biais d'une entreprise française soumise à la fiscalité française"

"Mon père a souhaité préparer sa succession par une transmission directe à ses petits-enfants, cette transmission a eu lieu par le biais d'une entreprise française soumise à la fiscalité française, par acte notarié établi à Paris et dans le plein respect des dispositions applicables par la loi française", a-t-elle détaillé.

>> LIRE AUSSINucléaire : Agnès Pannier-Runacher veut accélérer «l'installation de nouveaux réacteurs en France»

 

"J'ai évidemment satisfait les obligations déclaratives prévues par la loi, notamment auprès de la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique), qui prévoit expressément que les...


Lire la suite sur Europe1