Société générale : un ministre congolais victime d’une vaste fraude bancaire

·1 min de lecture

Être ministre n’octroie pas une immunité aux fraudes les plus basiques. D’après des informations du quotidien Le Parisien, un client de la Société générale, qui n’est autre qu’un haut dignitaire de la République du Congo, a été victime d’une vaste fraude. La banque a déposé une plainte après le piratage du compte de ce client renommé : quelque 75 virements frauduleux, autant à l’international qu’en France, ont été dénombrés. Le montant du butin s’élève à plus de 400.000 euros.

Une enquête a été ouverte et confiée à la Brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP) de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ). Les enquêteurs n’ont pas tardé à identifier la personne ayant bénéficié des transactions litigeuses vers la France. Il s’agit d’une certaine Betty T., déjà connue défavorablement des services de police pour des faits d’escroquerie. Elle est soupçonnée d’avoir effectué d’importants retraits d’espèces, quelques dizaines de milliers d’euros, obtenus grâce à ces virements frauduleux.

>> A lire aussi - Les victimes de fraudes de moins en moins remboursées

Betty T. a été mise en examen le 31 mars, après 48 heures de garde à vue, pour escroquerie et blanchiment en bande organisée. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, indique Le Parisien, en contact avec une source judiciaire. Lors de son audition, l’interpellée a affirmé avoir agi pour le compte d’un tiers, un certain "Michel". Pour autant, a-t-elle assuré, elle ne connaît pas cet homme personnellement : elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : une restauratrice poursuivie pour avoir utilisé le fonds de solidarité pour financer ses vacances à Dubaï
Uber : la cour d'appel de Paris requalifie en contrat de travail le lien entre un chauffeur la plateforme
StopCovid : l’application du gouvernement visée par une enquête du PNF
Vaccination contre le Covid-19 : le FMI dévoile un plan colossal pour mettre un terme à la pandémie
Le Boeing abattu par l'Iran était bien un "acte terroriste", condamne un tribunal canadien