La société civile malgache s'alarme du retour en classe des élèves en pleine pandémie

Plusieurs organisations de la société civile ont publié ces deux derniers jours des communiqués pour faire part de leur inquiétude. Elles regrettent l'excès de communication politique au détriment de la parole des experts médicaux, notamment concernant le remède mis au point dans le pays, le Covid-Organics censé prévenir et guérir du coronavirus. Elles s'alarment aussi du retour à l'école d'une partie des élèves alors que leur sécurité ne peut être complètement garantie.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

L'organisation de la société civile KMF/CNOE qui œuvre pour l'éducation des citoyens demande à ne pas contraindre les élèves à boire du Covid-Organics, la décoction censée lutter contre le coronavirus, et cesser tout calcul politique ou économique.

« La façon d'obliger les enfants à consommer du Covid-Organics, cela est contradictoire à la disposition de la Constitution, estime Andoniaina  Andriamalazaray, le président de KMF/CNOE. Ce serait mieux si les spécialistes des affaires médicales, les personnels de santé se prononcent d'avantage plutôt que les politiciens. »

Une dizaine d'organisations de la société civile a aussi dénoncé le retour des enfants en classe et a demandé un report des cours. Les élèves de terminale et de troisième ont repris le chemin de l'école mercredi. Un danger, explique Hanta Ratiarison, membre de la plateforme ROHY et proviseur d'un lycée privé en périphérie de la capitale.

« Les mesures ne sont pas encore respectées parce que seulement quelques écoles publiques ont reçu du désinfectant et surtout les cache-bouches ne suivent pas les normes. Par ici, ce sont de simples tissus. Dans les salles de classe, les élèves respectent la distanciation d'un mètre, mais dans la cours ils bavardent et s'approchent les uns des autres. Il y a beaucoup de risques. Ce n'est pas encore le temps de rentrer dans les classes », explique-t-il.

Les élèves de 7e doivent eux retourner en classe lundi. La Grande Ile compte 123 cas d'après les chiffres transmis par les autorités.