Sobriété énergétique dans le sport: les premières mesures présentées

Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, au centre de la photo - @IconSport
Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, au centre de la photo - @IconSport

Abaisser de 20 à 18 degrés la température dans les salles de sports, prendre les transports en commun gratuitement les jours de matches: le monde du sport réfléchit aux pistes de sobriété énergétique, ont détaillé ce mercredi les ministères des Sports et de la Transition énergétique dans un communiqué.

Une réunion s'est tenue mardi soir avec plusieurs acteurs du monde du sport et des mesures ont déjà été mises sur la table, pour contribuer comme tous les autres secteurs au plan de sobriété énergétique qui doit être présenté fin septembre.

"Le sport professionnel s’engage d’ores et déjà à baisser le chauffage et la climatisation dans les installations des clubs, les espaces hospitalités et les centres de formation", indiquent Agnès Pannier-Runacher (Transition énergétique) et Amélie Oudéa-Castéra (Sports et JO).

Des mesures pour rationnaliser l'éclairage avant, pendant et après les matchs

Les salles de sport passeront aussi à 18 degrés contre 20 degrés. Parmi les autres pistes: abaisser le chauffage dans les gymnases, décision relevant des collectivités, favoriser le co-voiturage, le vélo pour des distances de moins de 5 km, ou encore "tendre vers la gratuité" des transports en commun les jours de match à discuter entre les clubs et collectivités locales.

Concernant les économies d'éclairage dans les stades - la ministre des Sports avait ouvert cet été la question de renoncer aux matches en nocturne - les deux ministres indiquent que "les diffuseurs TV et le sport professionnel proposeront des mesures pour rationaliser l'éclairage avant, pendant et après les évènements". S'agissant des piscines et patinoires, très gourmands en énergie, il faut essayer "de réduire la consommation tout en préservant l'activité sportive et économique".

L'association nationale des élus du sport (Andes) réclame de son côté "la suspension immédiate de l'obligation des vidanges annuelles des piscines" et a écrit en ce sens le 9 août au ministère des Sports, qui l'a renvoyé sur les Agences régionales de santé (ARS). Depuis le mois de juin, le gouvernement français répète son objectif de réduction de 10% de la consommation énergétique en France d'ici à 2024.

Article original publié sur BFMTV.com