La SNCF "privatisée"? Reprise par les internautes, Clémentine Autain admet une "erreur"

La députée LFI Clémentine Autain à Aubervilliers, au nord de Paris, le 7 mai 2022 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
La députée LFI Clémentine Autain à Aubervilliers, au nord de Paris, le 7 mai 2022 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

"Une erreur sur le terme". Invitée de Sud Radio ce mardi, Clémentine Autain est revenue sur un tweet publié ce dimanche dans lequel elle dénonçait la "privatisation de la SNCF", après un retard de deux heures de son train Toulouse-Paris.

Cette formule avait fait réagir de nombreux internautes. Lesquels rappelaient à la députée insoumise que l'État restait le seul actionnaire de la société.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Rentabilité"

"Je fais une erreur sur le terme parce qu’il n’y a pas de privatisation. Le terme exact, c’est la libéralisation", a expliqué l'élue de Seine-Saint-Denis.

"J'ai comparé la situation à celle de l'Angleterre", a poursuivi Clémentine Autain.

"En Angleterre, progressivement, ils ont privatisé. Et quand la privatisation a été mûre, ce qui s’est produit, ce sont des retards en chaîne, une détérioration de la qualité du transport et une hausse des coûts. À la fin des fins, ils ont renationalisé."

Certes, la SNCF n'est pas privatisée, mais "elle est obligée de se préparer à la rentabilité parce qu'elle s'ouvre à la concurrence", a souligné Clémentine Autain. Selon elle, "l’ouverture à la concurrence et la libéralisation conduisent à une détérioration du trafic".

Article original publié sur BFMTV.com