SNCF : Edouard Philippe dénonce une "grève sauvage" qui ne respecte pas la loi

franceinfo

Le ton se durcit d'heure en heure depuis le début du mouvement social à la SNCF. Le Premier ministre Edouard Philippe a dénoncé un "détournement du droit de retrait" exercé par les agents SNCF perturbant la circulation, samedi 19 octobre, et il a évoqué une "grève sauvage" à "l'impact inacceptable pour des dizaines et des dizaines de milliers de Français".

"J'ai demandé à la SNCF d'examiner toutes les suites, y compris judiciaires, qui pouvaient être données lorsque des gens ne respectent pas la loi", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une visite du centre national des opérations ferroviaires à Paris, en compagnie du secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, et du PDG de la SNCF Guillaume Pepy. Ce dernier avait auparavant annoncé sur BFMTV que la compagnie allait étudier "la façon" dont la compagnie irait "devant la justice pour faire 'juger' qu'il s'agit bien d'une grève et non d'un droit de retrait".

Trois millions de voyageurs attendus samedi

Le droit de retrait est "un droit syndical que je respecte parfaitement, mais qui n'est pas mis en œuvre et s'est transformé en une grève sauvage", a insisté Edouard Philippe, critiquant vivement une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi