SNCF: un cheminot meurt heurté par un train à Saint-Lazare

LExpress.fr
L'homme de 55 ans était agent de signalisation et responsable de travaux. Il est mort pendant son service.

L'accident s'est déroulé mercredi soir, un peu après 22 h 30. Un cheminot de 55 ans, agent de signalisation et responsable de travaux, venait de débuter son service lorsqu'il a été fauché par un train près de la gare Saint-Lazare à Paris. Les pompiers de Paris ont retrouvé le corps sans vie sur le bord des voies ferrées, à Pont-Cardinet (XVIIe arrondissement).  

"Une enquête judiciaire est en cours et une enquête interne a été demandée par le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)", a affirmé à l'AFP un porte-parole de la SNCF, qui n'a pas apporté plus d'informations. 

Le deuxième accident en deux jours

Le cheminot "est décédé à la suite d'un choc avec un train Transilien de la ligne J", explique un porte-parole des pompiers. Selon un aiguilleur de la gare de Saint-Lazare et Pont-Cardinet, c'est "une zone extrêmement dense, avec beaucoup de voies de circulation", où "la vitesse des trains est élevée". Dans les heures qui ont suivi, la circulation des trains a été perturbée.  

LIRE AUSSI >> Statut des cheminots : pas de SNCF à "2 vitesses" pour Pepy 

Il s'agit du deuxième accident grave à la SNCF en deux jours seulement. Le précédent a eu lieu mardi soir dans les Hautes-Pyrénées. Deux trains étaient entrés en collision et ont provoqué la mort de deux ouvriers qui effectuaient des travaux sur la voie ferrée entre Montréjeau et Tarbes.  

"Le risque ferroviaire" a été "négligé ces dernières années pour cause de productivité", dénonce Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots. Suite à ce nouvel accident, il "dénonce les conditions de plus en plus précaires du travail, notamment en région parisienne".  

Retrouver cet article sur L'Express.fr

À la SNCF, une salle de repos accessible "au mérite"

SNCF: un cheminot meurt heurté par un train à Saint-Lazare

Statut des cheminots: pas de SNCF à "2 vitesses" pour Pepy

SNCF: "La fraude nous coûte 63 millions par an"