Slovaquie: première apparition publique du Premier ministre depuis sa blessure par balles

Une première depuis l'attaque par arme à feu dont il a été victime au mois de mai. Le Premier ministre slovaque Robert Fico a fait une apparition publique ce vendredi 5 juillet, rapporte l'Associated Press.

Après une longue période de convalescence, l'homme d'État s'est exprimé pour la première fois lors d'une cérémonie organisée pour célébrer la fête de la Saint-Cyrille et Saint-Méthode, un jour férié dans le pays.

Debout sur une estrade au milieu des ruines d'un château datant de plus de 11 siècles à Bratislava, la capitale du pays, Robert Fico a dénoncé "les idéologies progressistes et libérales" qui, selon lui, "se propagent comme un cancer", souligne Reuters.

"Je ne veux pas que la Slovaquie fasse partie des pays qui font une caricature de la civilisation occidentale", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également appelé à des pourparlers de paix pour mettre fin au conflit entre la Russie et l'Ukraine.

"Il n’y a pas assez, je le répète, pas assez de négociations de paix, d’initiatives de paix", a-t-il estimé tout en saluant la visite de Viktor Orbán auprès de Vladimir Poutine au Kremlin ce vendredi. Une rencontre à laquelle il aurait bien aimé prendre part si ses soucis de santé le lui avait permis, a-t-il expliqué.

Un tournant nationaliste et réactionnaire

Le Premier ministre slovaque de gauche a pris un tournant nationaliste et réactionnaire depuis sa réélection à ce poste pour la troisième fois en octobre dernier. Il a notamment mis fin à l'aide militaire de l'État à l'Ukraine, qu'il souhaite empêcher de rejoindre l'OTAN, et s'oppose aux sanctions de l'UE contre la Russie.

En mai dernier, des milliers de Slovaques ont défilé dans les rues de la capitale pour protester, une énième fois, contre une refonte controversée des services publics de radio et de télévision du pays.

Ce même mois, Robert Fico avait été blessé par quatre balles tirées à bour portant alors qu'il saluait ses partisans à l'issue d'une réunion gouvernementale dans la ville de Handlova, dans le centre du pays.

Le tireur présumé, identifié par les médias slovaques comme le poète Juraj Cintula, 71 ans sera poursuivi pour avoir perpétré un attentat terroriste, a déclaré jeudi 4 juillet le procureur général de Slovaquie.

Cet homme, qui risque la prison à perpétuité, a affirmé, selon les documents judiciaires, qu'il voulait blesser le Premier ministre, et non le tuer, car il était en désaccord avec les politiques du gouvernement, notamment l'arrêt de l'aide militaire de l'État à l'Ukraine.

Robert Fico avait affirmé début juin "pardonner" son agresseur. "Je lui pardonne et je le laisse réfléchir à ce qu'il a fait et pourquoi il l'a fait, dans sa propre tête", avait-il déclaré accusant ses opposants politiques d'avoir créé un climat de "haine" qui a inspiré, selon lui, cet homme.

Article original publié sur BFMTV.com