«Le slogan "Jean-Luc Mélenchon, Premier ministre" est un leurre», assure Stéphane Le Foll

Les discussions entre les partis de gauche s'intensifient depuis mercredi. Objectif : s'entendre, pour mieux s'unir en vue des législatives , les 12 et 19 juin prochains. Au sein du Parti socialiste, tous ne sont pas d'accord avec un potentiel accord avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon . À commencer par Stéphane Le Foll, maire du Mans. Le socialiste était l'invité de la matinale d'Europe 1 jeudi. "C'est un intérêt d'appareil à court terme", a-t-il estimé au micro de Sonia Mabrouk, insistant sur le fait que les négociations se jouent "sur 165 circonscriptions gagnables par la gauche".

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

15 à 20 circonscriptions pour le PS dans le futur accord

"On est loin des 284 nécessaires pour avoir une majorité", a-t-il jugé. À cet égard, "le slogan 'Jean-Luc Mélenchon, Premier ministre' est un leurre", selon l'ex-ministre de l'Agriculture de François Hollande . Il a également annoncé qu'en "contrepartie du soutien du Parti socialiste" à des candidats de La France insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon octroyera "entre 15 et 20 circonscriptions", soit "ce que les socialistes représentent encore aujourd'hui". Des circonscriptions qui ont la "capacité, avec leurs [députés] sortants, de pouvoir" les gagner. "La stratégie d'Olivier Faure est d'assurer ces 15/20 circonscriptions, parmi lesquelles, j'imagine, il y aura la sienne", a supposé Stéphane Le Foll.

Des visions opposées, ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles