Ski de randonnée, le grand gagnant de l'hiver

Par François-Xavier Buissonnière
·1 min de lecture
Ski de randonnée nordique dans l’Ubaye (France).
Ski de randonnée nordique dans l’Ubaye (France).

S'il y a bien une activité à rebrousse-poil, c'est le ski de randonnée. D'abord parce qu'il s'agit de remonter une pente à skis. Ensuite parce qu'on utilise des peaux velues, collées sous les skis, qui glissent quand on avance dans le sens des poils, mais qui accrochent la neige dans l'autre sens (les peaux sont retirées pour la descente). Une idée vieille de? 4 000 ans, si l'on en croit les peintures rupestres découvertes en Scandinavie.

Frédéric Simond, moniteur de ski à Courchevel, en randonnée alpine. © François-Xavier BuissonnièreAu début du XXe siècle, les militaires adoptent le ski pour se déplacer l'hiver. Aujourd'hui, le matériel a beaucoup évolué grâce aux courses de ski-alpinisme, comme la Pierra Menta, grand-messe de la discipline au mois de mars, en Savoie.

Un talon libéré

À la montée, seule la pointe de la chaussure est fixée au ski, comme en ski de fond. À la descente, le talon se clippe, comme en ski alpin.

Des chaussures allégées

Les chaussures de ski de randonnée sont plus légères pour limiter la fatigue. Elles s'ouvrent largement au-dessus de la cheville pour offrir un grand débattement et ainsi allonger la foulée à la montée.

Frédéric Simond, moniteur de ski à Courchevel, retire la peau de phoque de son ski de randonnée. © Frédéric SimondDes peaux encollées

Appelées peaux de phoque, mais aujourd'hui en matière synthétique, elles sont enduites d'une colle afin d'être fixées sous les skis, pour la montée.

Une bonne suée

« On va faire fumer le [...] Lire la suite