Ski alpin: avec le slalom, Kristoffersen complète le triomphe norvégien à Wengen

Après le doublé de son compatriote Aleksander Aamodt Kilde en vitesse, Henrik Kristoffersen a parachevé dimanche la razzia norvégienne sur la prestigieuse étape suisse de Wengen, en remportant le slalom dans des conditions éprouvantes.

Poing serré, cri rageur, le triple vainqueur du globe de la discipline (2016, 2020, 2022) a laissé éclater sa joie sans même attendre le passage du Suisse Loïc Meillard, meilleur chrono de la première manche, dont toute la foule attendait le triomphe.

Souvent placé et rarement gagnant, le Valaisan échoue finalement à 20/100e du vainqueur, pour son quatrième podium de la saison dans trois disciplines différentes (slalom, super-G, géant), alors que le Norvégien Lucas Braathen prend la troisième place à 49/100e.

"Kristo" décroche sa 30e victoire en Coupe du monde - deuxième plus gros palmarès en activité chez les hommes derrière Alexis Pinturault -, et reprend les commandes de la spécialité à Braathen, avec dix points d'avance sur le prodige de 22 ans.

Il efface au passage la cruelle désillusion de l'an dernier sur cette même piste, lorsqu'il était sorti à la toute fin de la deuxième manche après avoir assommé la première, laissant Braathen effectuer la plus belle remontée de l'histoire pour remporter la course avec le 29e temps de la première manche.

"Je pense que j'ai été plutôt intelligent sur la neige, parce que ça a été un gros combat (...) Tout a bien fonctionné", a résumé Kristoffersen, alors que son compatriote s'est montré plus direct: "Mon Dieu, quelle guerre c'était !"

Le Suisse Marco Odermatt, qui ne dispute pas les slaloms, reste lui nettement en tête du classement général avec 340 points d'avance sur le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, qui ne s'aligne pas non plus entre les piquets serrés.

- Noël "sur la bonne voie" -

Dans l'air gris et inhabituellement doux de l'Oberland bernois, ce slalom très sélectif, avec ses incessants mouvements de terrain et son mur final, a offert un spectacle étrange, envoyé 32 des 71 concurrents au tapis et favorisé les premiers dossards.

La première manche, avec son tracé extrêmement tournant sur une neige molle, a obligé les skieurs à batailler de plus en plus fortement au fil des passages, créant des écarts considérables, avant que les flocons drus ne tombent sur la deuxième.

Dans ces conditions, la hiérarchie a peu bougé entre les deux passages, même si le champion olympique de la discipline Clément Noël et le vainqueur du globe 2021, l'Autrichien Marco Schwarz, ont respectivement grappillé un et trois rangs pour finir aux 6e et 7e places.

S'il n'a pas réédité son doublé (2019, 2020) sur sa piste fétiche, Noël se rassure après être parti à la faute à six reprises sur ses huit dernières courses, et avant d'enchaîner avec le slalom de Kitzbühel dimanche prochain.

"C'est sur la bonne voie", a-t-il estimé. "En plus je ne me suis pas envoyé à 110%, j'ai été malin aux endroits où il fallait l'être, donc sur la manière je n'ai pas grand-chose à me reprocher aujourd'hui".

Alexis Pinturault, 15e du super-G vendredi sur la piste voisine du Lauberhorn, finit de son côté 13e à 3 sec 35 de Kristoffersen.

"Ce n'est pas parfait, mais c'est encore une place dans le Top 15, alors que les conditions sont très dures en slalom depuis Garmisch (début janvier, ndlr). Le dossard est très important, et pour autant j'arrive à sortir de belles choses", a analysé le détenteut du gros globe 2021.

cfe/fbx