Ski alpin: Kilde empêche une razzia suisse au super-G de Wengen

Tout en puissance et en justesse, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde a remporté vendredi le super-G de Wengen (Suisse), première manche de son duel sur la mythique piste du Lauberhorn avec le Suisse Marco Odermatt.

Parti avec le dossard n°15, alors que quatre Suisses figuraient parmi les cinq premiers, le vainqueur du gros globe 2020 est venu doucher les espoirs de razzia helvétique à domicile en décrochant son 18e succès en Coupe du monde, le cinquième cet hiver.

Après 1 min 47 sec d'effort, soit le super G le plus long de la saison, Kilde devance de 27/100e le Suisse Stefan Rogentin, qui grimpe à 28 ans sur le premier podium mondial de sa carrière, et de 66/100e son grand rival au général.

"C'est une course où il faut vraiment pousser, c'est si long avec assez peu de virages", a raconté le Norvégien, confessant "des sentiments partagés en franchissant la ligne" parce qu'il savait "qu'une paire de Suisses était alors en tête" devant la foule en liesse.

- Les adieux de Feuz -

Odermatt, moins tranchant qu'à l'accoutumée, reste largement en tête de la course au gros globe, avec 360 points d'avance sur Kilde, grâce à la suprématie en géant qu'il a encore étalée samedi dernier dans la vallée voisine d'Adelboden.

Mais la bataille est autrement serrée en vitesse, où le funambule suisse de 25 ans conserve 38 points d'avance en Super-G sur le colosse norvégien, qui mène de son côté la danse en descente et détient les globes des deux spécialités.

Et Kilde peut espérer grappiller des points supplémentaires dès samedi avec le clou de l'étape de Wengen, la mythique descente du Lauberhorn, ses 4,5 km, son saut à l'aveugle entre deux rochers et sa redoutable chicane.

Pour Odermatt, toujours en quête d'un premier succès en descente où son gabarit relativement fluet le handicape par rapport aux spécialistes, la stratégie ne change pas: "pleins gaz", a-t-il expliqué au micro, large sourire aux lèvres.

A moins que le Suisse Beat Feuz, champion olympique de la spécialité, ne s'offre un quatrième succès - qui serait inédit - à l'heure de dire adieu à sa piste fétiche, lui qui tirera sa révérence à 35 ans après l'étape de Kitzbühel.

- Pinturault positive -

Septième vendredi à 1 sec 42 de Kilde, cet athlète atypique à la décontraction aussi légendaire que sa légère bedaine s'est "amusé" malgré les conditions printanières, et a fait parler son toucher de neige exceptionnel sur le passage le plus délicat.

Côté français, Blaise Giezendanner rentre pour la première fois de la saison dans les points en super-G, avec une très bonne dixième place, alors que Nils Allègre, Alexis Pinturault et Cyprien Sarrazin et Adrien Théaux finissent respectivement 12e, 15e, 24e et 25e.

"La manière me satisfait plus que le résultat, surtout après les déconvenues que j'ai pu avoir au mois de décembre (35e à Beaver Creek, sortie de piste à Bormio, ndlr)", a raconté Giezendanner, pour qui "il ne fallait pas se poser de questions" sur un tracé aussi direct.

Alexis Pinturault, monté fin novembre sur le podium (3e) du super-G de Lake Louise, voit lui "des choses positives à tirer" de sa manche, même s'il lui faut encore "de l'expérience" en vitesse notamment sur les tronçons de glisse.

L'étape de Wengen se poursuit avec la descente samedi à 12h30, puis le slalom dimanche à partir de 10h15.

cfe/cyj