Un sketch "Jésus est pédé" sur France inter met la droite et l'extrême droite en émoi

Frédéric Fromet interprétant "Jésus est pédé", parodie de "Jésus reviens". (Photo: Capture France inter)

POLITIQUE - “Provocation à deux balles”, “pleutres”, “bêtise crasse”... Ce lundi 13 janvier, plusieurs élus ou responsables de droite et d’extrême droite ont exprimé leur indignation en découvrant un sketch diffusé sur France inter vendredi 10 janvier.

Dans cette séquence, Frédéric Fromet, compagnon de route des humoristes Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice, interprète une parodie de la célèbre chanson “Jésus reviens”, rebaptisée pour l’occasion “Jésus est pédé”. Repérée par le site de l’hebdomadaire très conservateur Valeurs actuelles, cette saynète a notamment provoqué l’ire de Robert Ménard.

“Ils n’oseraient jamais dire la même chose de Mahomet”

“Les ‘rebelles’ de notre époque: pleutres, soumis, sans talent. Et puis, à taper comme un sourd sur la religion catholique, on ne risque pas la rafale de Kalachnikov ou l’égorgement...”, a tweeté le maire de Béziers, élu en 2014 avec le soutien du Front national. Même tonalité chez Nadine Morano, qui ne manque jamais une occasion de régler ses comptes avec les humoristes de la radio publique. L’eurodéputée LR s’en prend ainsi à la “bêtise crasse” de Frédéric Fromet, et appelle la patronne de France inter, Sibyle Veil, à sévir. 

L’indignation est la même du côté du Rassemblement national. L’eurodéputé RN Jérôme Rivière fustige dans un tweet “la provocation à deux balles” de l’humoriste. Quant à Jean Messiha, membre du Bureau national du parti de Marine Le Pen, il affirme que le chansonnier ne se permettrait en aucun cas de produire un tel sketch avec une l’islam. “Ils n’oseraient jamais dire la même chose de Mahomet. Trop peur d’un coup de couteau”, estime-t-il. Avant de menacer: “cette radio immonde sera réformée en 2022″. 

Après les attentats du mois de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, Clarissa Jean-Philippe et l’Hyper Cacher, Frédéric Fromet avait composé une chanson parodique sur l’air populaire de “Bali Balo”, alors rebaptisé “Coulibaly coulibalot”. Et le refrain de ce titre de contredire ce qu’affirment aujourd’hui ses détracteurs: “Ah ah Allah hou Akbar! Les fous de dieu sont des tocards!”

À voir également sur Le HuffPostMariani n’est pas “cohérent” quand il défend la retraite 60 ans proposée par le RN

LIRE AUSSI

Catherine Nayl défend Léa Salamé et son interview très critiquée de Carlos Ghosn

Municipales 2020: Ces villes où la digue entre le RN et la droite a cédé

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.