Six ans après l'attentat du 14 juillet à Nice, un "Ange de la baie" à la mémoire des victimes

Un homme-oiseau posé sur une vague: sur la promenade des Anglais à Nice, "L'Ange de la baie" a été dévoilé jeudi, à la mémoire des 86 victimes et quelque 400 de blessés de l'attentat du 14 juillet 2016.

Cette sculpture haute de 4 mètres, signée de l’artiste niçois Jean-Marie Fondacaro, a été placée à l’endroit même où le camion piloté par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un trentenaire tunisien demeurant à Nice, avait arrêté sa course ce soir-là. Au pied de la vague, un calligramme en forme de coeur englobe les noms des 86 personnes disparues, des "anges", en miroir avec la "baie des Anges" qui s'étend au large.

"Cette histoire, les Français la portent avec vous", a dit aux victimes le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti rappelant comment la France avait "été touchée en plein coeur par la barbarie islamiste".

Cette oeuvre en aluminium poli a été choisie parmi une quinzaine de projets soumis à un comité regroupant, sous l'égide de la municipalité, plusieurs associations de victimes.

"On l'a choisie à l'unanimité. Dès qu'on l'a vue, on s'est dit: +c'est celle-ci+", a confié à l'AFP Stéphane Erbs, coprésident de l'association Promenade des anges.

"On avait beaucoup d'appréhension parce qu'on savait qu'en terme d'émotion ce serait très difficile mais on souffle, enfin. Maintenant, on a hâte qu'il n'y ait personne pour aller se recueillir au calme", a ajouté cet Isérois qui était de passage ce soir de 2016 et a perdu sa femme dans l'attaque.

Sur Twitter, la Première ministre Élisabeth Borne, qui avait chargé M. Dupond-Moretti de représenter le gouvernement, a écrit "aux victimes, à leurs proches, aux survivants et aux héros qui prirent tous les risques pour mettre fin à cette attaque barbare, la Nation ne vous oubliera jamais".

Le 14 juillet 2016, environ 30.000 personnes s’étaient rassemblées sur la Prom' pour le feu d'artifice. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait foncé dans la foule avec un camion de 19 tonnes pendant deux minutes, avant d'être abattu par la police.

Le procès de cet attentat, revendiqué par l’organisation État islamique, aura lieu à partir du 5 septembre devant la cour d'assises spéciale de Paris. Le principal responsable étant décédé, les magistrats examineront les responsabilités de huit autres personnes, membres de son entourage ou intermédiaires impliqués dans le trafic d’armes qui lui étaient destinées.

Au moins 865 personnes ou associations se sont constituées parties civiles.

"Nous répondons à cette barbarie par le droit", a estimé le ministre dans Nice-Matin.

vxm/san/dlm

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles