Six ans après l'attentat du 14 juillet à Nice, une statue dévoilée à la mémoire des victimes

Le 14 juillet 2016, après le feu d’artifice, un camion blanc lancé à toute allure sur la promenade des Anglais, à Nice, tuait 86 personnes dans sa course folle et en blessait plusieurs centaines. Cette année, l'hommage était particulièrement marqué par le dévoilement d'une œuvre en hommage aux victimes, mais aussi par le procès a venir.

Ce sont les enfants qui ont ouverts la cérémonie en dévoilant un homme-oiseau posé sur une vague, une sculpture en métal de quatre mètres de haut qui se dresse face a la mer à la hauteur du palais de la Méditerranée, là ou il y a six ans un camion fou faisait basculer Nice dans l’horreur.

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un trentenaire tunisien demeurant dans la ville du sud de la France, avait foncé dans la foule avec un camion de 19 tonnes pendant deux minutes, avant d'être abattu par la police. L’« Ange de la Baie », signée de l'artiste niçois Jean-Marie Fondacaro, a été placé à l'endroit même où le camion avait arrêté sa course ce soir-là. Au pied de la vague, un calligramme en forme de cœur regroupe les noms des 86 personnes disparues, des « anges », référence à la « baie des Anges » qui s'étend au large.

Ornella était présente ce soir là. Elle avait 12 ans. Jamais elle n’oubliera, et impossible de rater cet hommage. « Cela met fin à nos journées de stress, de peur, à l'appréhension de la commémoration. Cela nous remémore des souvenirs importants et on reste avec des personnes qu'on connaît, avec qui on partage des moments de tristesse, mais c'est du partage. C'est émouvant. »

Procès en septembre


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles