La situation "reste très tendue" en Nouvelle-Calédonie, des renforts supplémentaires envoyés

Un millier de forces de sécurité intérieure supplémentaires sont en train d'être déployées en Nouvelle-Calédonie, où la situation "reste très tendue", a annoncé le Premier ministre Gabriel Attal, jeudi, à l'issue de la réunion d'un nouveau conseil de défense à l'Élysée. Le territoire du Pacifique sud est plongé dans une grave crise sur fond de révolte contre une réforme électorale controversée.

La situation "reste très tendue" en Nouvelle-Calédonie selon Gabriel Attal, qui a annoncé, jeudi 16 mai, à l'issue d'un nouveau Conseil de défense, l'envoi de forces de sécurité supplémentaires pour sortir ce territoire du Pacifique Sud en proie à des violences qui ont fait cinq morts, dont deux gendarmes.

"À la demande du président de la République, nous allons renforcer encore le pont aérien de rétablissement de l'ordre qui a été mis en place, pour déployer un millier d'effectifs de sécurité intérieure supplémentaires, en plus des 1 700 effectifs qui sont déjà sur place", a détaillé le Premier ministre dans l'après-midi.

L'armée s'est également déployée pour "sécuriser" les ports et l'aéroport du territoire, désormais sous le régime de l'état d'urgence décrété par le gouvernement mercredi soir.

À lire aussiRéforme de la Constitution en Nouvelle-Calédonie : l'île s'embrase, l'état d'urgence déclaré

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Emmanuel Macron se mobilise pour la Nouvelle-Calédonie après une nouvelle nuit d'émeutes
Nouvelle-Calédonie : 100 entreprises détruites, les dégâts se chiffrent déjà à 150 millions d'euros
La Nouvelle-Calédonie submergée par "un sentiment général de colère et d'injustice"