Situation des Ouïghours : "Il est urgent de responsabiliser les multinationales et d’imposer un devoir de vigilance quant aux violations des droits humains"

·2 min de lecture

Christophe Nourissier, conseiller politique et cofondateur du think tank La France et le monde, revient sur la situation des Ouïghours en Chine.

Devant l’ampleur de l’exploitation de la minorité chinoise ouïghoure, il convient d'être exemplaire. À commencer par les entreprises impliquées au Xinjiang par leur chaîne d’approvisionnement, qui doivent s’assurer de ne pas recourir au travail forcé.Une étude menée par l’anthropologue allemand Adrian Zenz, publiée mardi 15 décembre, nous livre une vision glaçante du travail forcé d’un demi-million de Ouïghours dans des champs de coton en Chine — une activité tristement symbolique. Un phénomène « qui pourrait être beaucoup plus important » à l’échelle de toute la province, admet le rapport intitulé « Ouïghours à vendre ». Une nouvelle preuve de la persécution de cette minorité musulmane chinoise dans la province du Xinjiang, que de nombreuses ONG n'ont de cesse de dénoncer."La Chine a en effet toujours été très défensive sur ce qu’elle considère comme des « affaires internes »"Un rapport publié en 2018 par Human Rights Watch établissait ainsi que le degré de répression à l’encontre des 11 millions de Ouïghours avait nettement augmenté ces dernières années, avec l’ouverture de camps de rééducation et des déplacements ethniques massifs. Entre 2017 et 2019, plus de 80 000 Ouïghours ont été transférés de force hors du Xinjiang à des fins de travail de force.« Jusqu’à maintenant, on a eu une grande indulgence à l’égard de la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Ma situation est celle d'une attente perpétuelle" : l'impasse d’un reporter afghan réfugié en EuropeBientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?Côte d'Ivoire : Ouattara réélu, la situation plus que jamais inflammableAttentat de Conflans : le renseignement jugeait la situation "apaisée" malgré les pressions d'un prédicateur fiché pour radicalisation