"On est dans une situation de non droit" : la difficulté de la garde alternée pour des parents divorcés durant le confinement

franceinfo

La situation a toujours été compliquée pour Paul*. Depuis la séparation il y a six ans, en 2014, son ex-compagne a déjà refusé plusieurs fois qu’il récupère sa fille, âgée de 8 ans. La justice l’autorise pourtant à la voir un week-end et un mercredi sur deux, mais avec le confinement lié à l'épidémie de coronavirus, la situation s’est envenimée très rapidement. "La mère a trouvé pas mal d'arguments pour que je ne prenne pas ma fille", raconte-t-il. "L'argument qu'elle a un jardin et que je n'en ai pas, ensuite que ma fille ferait de l'asthme donc ce serait un problème avec le confinement... De longues explications pour me montrer que le virus était tellement dangereux qu'il ne fallait surtout pas bouger... Tout un tas d'arguments pour que je ne prenne pas ma fille."

Coronavirus : les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct.

Résultat : Paul n’a pas pu voir sa fille depuis un mois. Pourtant, dès le début du confinement, le gouvernement a affirmé que les droits de visite et d’hébergement dans les couples divorcés devaient être assurés. Mais dans la réalité, c’est beaucoup plus compliqué. "Il y a deux langages, affirme (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi