Sites mayas contaminés au mercure, radiotélescope Noema et épigénétique

LEEMAGE VIA AFP

Au sommaire des ultrabrèves du 30 septembre 2022 : une forte contamination des sols au mercure dans les cités mayas, inauguration des 12 antennes du radiotélescope Noema pour observer l’Univers froid ou encore la transmission sur deux générations des étiquettes épigénétiques.

En archéologie :

  • L’usage du mercure par la civilisation maya, notamment pour réalisation des objets décoratifs ou religieux, est connue depuis longtemps par les chercheurs.

  • Cette longue utilisation du mercure a entraîné une importante pollution, encore persistante aujourd'hui dans les eaux et les sols, rélève une nouvelle étude.

  • Cette pollution pourrait avoir eu des conséquences néfastes sur les populations comme le suggère la figuration de l'un des derniers dirigeants de la cité de Tikal, représenté dans un état d'obésité pathologique sur une fresque, un effet possible lié à un empoisonnement au mercure.

En univers :

  • Ce vendredi 30 septembre 2022, l’observatoire Noema (NOrth Extended Millimeter Array) inaugure son passage de 6 à 12 antennes, après huit années de travaux.

  • Il va permettre de fournir des données sur "l’Univers froid" qui correspond aux lumières émises par les nuages de molécules présents entre les étoiles, ou encore de mieux observer la naissance ou la mort de ces astres.

  • Associé au télescope spatial James Webb, le radiotélescope Noema fournira des données fondamentales comme les distances plus précises qui nous séparent des galaxies lointaines.

En biologie cellulaire :

  • L’épigénétique est la science qui étudie les mécanismes de régulation de l’ADN, sans que celui-ci soit modifié.

  • Une nouvelle étude réalisée sur le ver a montré une transmission des caractères épigénétiques.

  • Non seulement ces caractères sont transmis, mais en plus ils varient selon les tissus où ils se trouvent chez le ver.

En nature et environnement :

  • Une synthèse de Global Witness, une ONG qui collecte des données sur les meurtres de défenseurs de l'environnement, a été publiée le 29 septembre 2022.

  • Ce rapport montre qu’au moins 1733 personnes ont été tuées ces dix dernières années après s'être opposées à la destruction de l'environnement ou à l'accaparement de leurs terres.

  • Ces chiffres montrent qu’au cours des années 2012 à 2022, un défenseur de l'environnement[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi