Site mésopotamien, prochain tsunami et spationaute : l'actu des sciences en ultrabrèves

Université de Fribourg / Université de Tübingen / Kurdistan Archaeology Organization (KAO)

Au sommaire des ultrabrèves du 24 juin 2022 : un site mésopotamien réapparaît en Irak après une brutale basse des eaux, l'Unesco veut préparer les populations des littoraux à faire face aux risques de tsunami d'ici 2030 et la célébration, il y a 40 ans, du premier envoi d'un spationaute français dans l'espace.

L'actualité scientifique du 24 juin 2022, c'est :

En archéo : .

  • Sauver le patrimoine antique n’est pas une mince affaire au Moyen-Orient, mais une équipe germano-kurde a saisi la chance de pouvoir procéder à des fouilles de sauvetage d'un site mésopotamien.

  • Il s'agit d'une ville antique submergée lors de la construction du barrage de Mossoul, au nord de l’Irak, il y a 40 ans. Ironie du changement climatique, elle a resurgi au début de l’année lorsque le niveau de l’eau s’est brutalement abaissé.

  • Leurs efforts ont été récompensés par de belles découvertes : un complexe urbain fortifié datant de l’âge du bronze et de précieuses tablettes cunéiformes remontant à la période assyrienne.

En nature : .

  • L’Unesco ambitionne de préparer l’ensemble des populations riveraines des océans du globe à l’éventualité d’un tsunami d'ici 2030.

  • A Cannes par exemple, les employés apposent sur les trottoirs des plaques figurant un personnage fuyant devant une vague, avec la mention "évacuation tsunami" et une flèche indiquant la direction à suivre pour rejoindre une zone sûre.

  • Du bassin méditerranéen aux rivages majoritairement surpeuplés, une certitude : d'ici 30 ans, une vague d’au moins un mètre interviendra. Les chercheurs se basent sur les archives anciennes des collectivités et les traces géologiques laissées sur les littoraux affectés pour bâtir des probabilités.

En espace : .

  • Le 24 juin 1982, Jean-Loup Chrétien décollait de Baïkonour pour rejoindre la station spatiale soviétique Saliout. Il devenait le premier Français à voler dans l'espace.

  • Sa mission s'appelait "PVH" pour "premier vol habité" : un séjour de huit jours en orbite. "Mon état d'esprit, c'était la fin d'une épreuve de patience, l'aboutissement d'un rêve... et tellement d'excitation", raconte à l'AFP l'ex-astronaute, aujourd'hui âgé de 84 ans.

  • Il se souvient de ce "moment choc" où s'est élancée la fusée Soyouz. "En moins de dix minutes, je me suis retrouvé en orbite. Par le hublot, j'ai vu la Terre... c'était [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles