Le site Enmarche2022.fr au cœur d'un bras de fer entre LREM et un éditeur de BD

·3 min de lecture
(Photo: NurPhoto via Getty Images)
(Photo: NurPhoto via Getty Images)

POLITIQUE - À près de 100 jours du premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron n’est toujours pas officiellement candidat à sa réélection. Mais cela n’empêche pas ses soutiens de s’organiser. Et ils ont eu la désagréable surprise de découvrir que le nom de domaine “enmarche2022.fr” renvoyait vers une bande-dessinée caricaturant le quinquennat d’Emmanuel Macron, rapporte BFMTV ce 27 décembre.

Depuis 2019, le site “enmarche2022.fr” renvoyait à une série de cinq bandes dessinées parodiques de l’illustrateur Allan Barte, intitulées “Vivre en Macronie”. Mais mi-décembre, le responsable de la maison ANT Éditions, qui publie les ouvrages, a été informé d’une procédure engagée au nom de LREM auprès de l’Afnic, l’Association française pour le nommage Internet en coopération. En cause? Le nom de domaine enmarche2022.fr déposé par l’éditeur et que La République en Marche cherche à récupérer.

Le choix d’une procédure administrative a été vivement critiqué par le fondateur de la maison d’édition Anthony Roux. “Il aurait été très simple de me contacter directement et de parler entre êtres humains”, déplore-t-il dans une lettre ouverte désormais accessible sur la page litigieuse.

Contacté par le site Actualitté, le cabinet d’avocat mandaté par LREM assume avoir engagé la procédure sans discussion préalable “car il s’agit là d’une procédure alternative de résolution des litiges”. “D’ailleurs, le terme procédure n’est pas adapté, il s’agit plutôt d’une modalité pour obtenir le transfert du nom de domaine”, fait valoir Me Julie Jacob.

Mais au-delà de la forme, la maison d’édition s’est également émue de “certains arguments du dossier” qui, “ne portaient pas que sur le nom de domaine mais aussi sur les caricatures.”

“Le droit à la caricature et à la parodie est engagé”

Selon les extraits rendus publics par l’éditeur, le dossier constitué pour LREM évoque ainsi une “volonté de nuisance manifeste de la part du titulaire du nom de domaine” à l’égard d’Emmanuel Macron et du parti présidentiel. Et pointe des ouvrages “dont l’objet unique est de porter atteinte à la réputation de LREM et de Monsieur Emmanuel Macron en tant que Président de la République, ainsi qu’aux droits de propriété intellectuelle de LREM.”

“Pour moi, c’est le droit à la caricature et à la parodie qui est engagé”, a déclaré Anthony Roux à BFMTV. Il estime que son site “ne trompe personne sur les élections à venir et reste dans le ressort de la caricature et de l’humour.”

Un point de vue catégoriquement rejeté par le conseil de LREM. Le cabinet d’avocat assure que la procédure s’appuie sur le dépôt de la marque “En Marche” auprès de l’INPI et que “toute reproduction de cette marque est une contrefaçon, en particulier dans le contexte de l’échéance présidentielle”.

“L’éditeur a voulu profiter de la renommée de En Marche pour l’emmener vers son site d’achat de bandes dessinées, ce qui représente un détournement à des fins commerciales”, explique Me Julie Jacob à Actualitté. “En Marche ne veut pas museler ou porter atteinte à la liberté d’expression, et faire état d’une attaque du droit à la parodie, c’est un peu agiter de grands drapeaux rouges pour rien”, balaie-t-elle.

Selon ses déclarations, la maison d’édition ANT ne serait d’ailleurs pas la seule à être visée par une procédure similaire. Au moins une vingtaine de démarches auraient été lancées. La décision de l’Afnic est attendue courant janvier.

À voir également sur Le HuffPost: Élection présidentielle: Macron promet que “les échéances démocratiques seront maintenues”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles