Sissi face à son destin (TF1 Séries films) Quand Romy Schneider en avait marre d'incarner Sissi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Excédée !
en 1957, Romy Schneider est éreintée par le tournage : elle doit porter une perruque de 2,5 kg qui reproduit la chevelure de Sissi. Celle-ci, ajoutée aux corsets des vingt robes à crinoline qu’elle porte à l’écran, lui donne des migraines. Pour agacer sa mère, Magda, qui l’infantilise, Romy fume cigarette sur cigarette et se bourre de gâteaux. Magda éructe : "Une princesse d’Autriche ne fume pas et fait attention à sa ligne !"

Escroquée !
Pour ce troisième opus, Romy, superstar en Europe, touche à l’époque un pont d’or de 600.000 marks. Magda, dans l’ombre de sa fille, exige pour elle-même 100 000 marks et la comédienne, âgée de 19 ans, ne perçoit rien. en effet, étant mineure (la majorité est à 21 ans), son argent est géré par le sulfureux Hans Herbert Blatzheim, son beau-père, un restaurateur de Cologne qui engloutit des fortunes dans ses brasseries.

À lire également

Cendrillon, La Belle et la Bête, Sissi... Les robes mythiques du cinéma (PHOTOS)

Libérée !
Lorsque le film sort en France, en 1958, Romy s’apprête à fêter ses 20 ans. Cet anniversaire coïncide avec une prise de conscience : ne supportant plus sa mère intrusive ni le personnage de Sissi, elle décide ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles