Un singe manipule un jeu vidéo par la pensée. Effet d'annonce par Elon Musk ou vraie prouesse ?

·2 min de lecture

Elon Musk vante les prouesses de son singe jouant à Pong "de façon télépathique" grâce à un implant dans le cerveau. Mais le contrôle d'un jeu vidéo par la pensée se fait depuis déjà au moins 15 ans, y compris sur des humains. En revanche, la puce sans fil mise au point par sa start-up Neuralink pourrait représenter une percée.

Accepteriez-vous de vous faire implanter une puce dans le cerveau pour jouer à des jeux vidéo sans manette ou interagir avec votre smartphone ? C’est le pari d’Elon Musk et de sa start-up Neuralink, qui ont mis en ligne récemment une vidéo alléchante (voir ci-dessous) où l’on voit le macaque Pager, 9 ans, jouer à Pong (un des premiers jeux d’arcade) par la pensée pour obtenir une boisson sucrée en récompense. Selon Neuralink, basé à San Francisco (Etats-Unis), cette avancée le rapproche aussi de son objectif premier : "Permettre aux personnes paralysées d’utiliser directement leur activité neuronale pour contrôler des ordinateurs et appareils mobiles facilement et en temps réel ". Effet d’annonce ou percée technologique ? Sciences et Avenir a interrogé des spécialistes.

D'autres singes ont accompli des tâches plus complexes par la pensée

"La vidéo ne montre aucune amélioration substantielle par rapport à l'état de l'art", tempère , du Département du génie électrique et informatique de l'Université du Texas à Austin (Etats-Unis). L'interface cerveau-machine (ICM) (lire encadré) doit être calibrée avant chaque session, et le niveau de contrôle cérébral semble similaire à ce que d'autres groupes ont rapporté avec des singes. De plus, bien que le macaque joue assez bien à Pong, ce jeu ne nécessite qu'un 'degré de liberté' unidirectionnel : déplacer une barre le long d’une direction verticale, vers le haut ou vers le bas", précise-t-il. Les talents de communiquant d’Elon Musk, qui a également fondé , , , feraient presque oublier que le concept de l’ICM remonte à 1973, et que de multiples essais ont été menés depuis chez l’animal, comme chez l’humain. Des essais, qui sans offenser Pager et son promoteur, remettent ses performances à leur juste place.

Une recherche bibliographique montre ainsi que qui leur ont permis, après entrainement, de contrôler activement leurs signaux neuronaux de manière à obtenir une boisson (tout comme Pager) sans avoir à manipuler physiquem[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi