Singapour prévoit la prochaine pendaison d'un handicapé mental, selon sa famille

·2 min de lecture
Des militants contre la peine de mort manifestent contre l'exécution prévue à Singapour de Nagaenthran K. Dharmalingam, le 3 novembre 2021 à Kuala Lumpur, en Malaisie - Mohd RASFAN © 2019 AFP
Des militants contre la peine de mort manifestent contre l'exécution prévue à Singapour de Nagaenthran K. Dharmalingam, le 3 novembre 2021 à Kuala Lumpur, en Malaisie - Mohd RASFAN © 2019 AFP

Un Malaisien handicapé mental doit être pendu la semaine prochaine à Singapour après le rejet d'un ultime recours, a annoncé sa soeur mercredi, malgré la mobilisation internationale pour le soutenir. La famille de Nagaenthran K. Dharmalingam a été informée qu'il serait exécuté mercredi prochain, a annoncé sa soeur Sarmila Dharmalingam à l'AFP.

Condamné à mort depuis 2010

Des membres de sa famille, dont sa mère et trois frères et soeurs, se rendront dans la cité-État pour lui rendre visite avant l'exécution, a-t-elle précisé.

Nagaenthran a été arrêté en 2009 à l'âge de 21 ans en possession de 43 grammes d'héroïne attachés à sa cuisse lors de son entrée à Singapour. Il a été condamné à mort un an plus tard.

Les appels à la clémence se sont multipliés, de l'Union européenne au milliardaire britannique Richard Branson.

Marathon judiciaire

La longue bataille juridique s'est finalement achevée le mois dernier, avec le rejet d'un ultime recours, les juges écartant l'argument de la défense selon laquelle exécuter un homme présentant un handicap mental contrevient au droit international.

M. Ravi, un avocat spécialiste des droits de l'Homme travaillant sur l'affaire, a déclaré que la nouvelle de l'exécution imminente de Nagaenthran était "déchirante".

"L'État singapourien ne pourra jamais se remettre du déshonneur qu'il va subir au niveau international en pendant une personne intellectuellement handicapée", a-t-il écrit dans un message sur les réseaux sociaux.

Une politique anti-drogue extrêmement dure

En mars, Singapour a procédé à sa première exécution depuis 2019 avec la pendaison d'un trafiquant de drogue, soulevant la crainte que d'autres exécutions suivent dans les mois à venir.

Outre Nagaenthran, trois autres hommes condamnés pour narco-trafic ont vu leur ultime recours rejeté. Singapour dispose des lois parmi les plus sévères au monde en matière de stupéfiants, comme en témoigne Amnesty International.

Ses soutiens assurent que le jeune homme présente un QI de 69, un niveau reconnu comme un handicap, et qu'il a été contraint à commettre ce crime.

Singapour maintient la peine de mort pour plusieurs crimes, dont le trafic de drogue et le meurtre, assurant que cela l'a aidé à rester l'un des endroits les plus sûrs d'Asie.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles