Singapour: un nouveau Premier ministre, Lawrence Wong, à la tête de la cité-État

Après vingt ans de mandat, le Premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong, âgé de 72 ans, passe la main et quitte donc son poste ce 15 mai, pour laisser sa place à son actuel adjoint et ministre des Finances, Lawrence Wong. Une succession préparée de longue date. C'est seulement la deuxième fois qu’un homme politique qui n’est pas membre de la dynastie Lee gouvernera la riche cité-État de l’Asie du Sud-Est.

En cinquante-neuf ans d’indépendance, l’ex-colonie britannique n’a connu que trois Premiers ministres. Lawrence Wong, un technocrate formé aux États-Unis, sera le quatrième et, comme ses trois prédécesseurs, il est de la même famille politique qui dirige ce confetti de six millions d’habitants depuis 1965 : le Parti d’action populaire (PAP).

Les Singapouriens connaissent Laurence Wong depuis la pandémie de Covid-19. Sa gestion efficace a aidé à faire de Singapour l’une des premières économies d’Asie à se remettre en selle à partir de 2022.

C'est depuis cette année-là que les cadors du parti l'ont désigné comme successeur de Lee Hsien Loong dont la famille a transformé Singapour en l'une des nations les plus prospères en Asie. Lawrence Wong s'est fixé ce cap : « Ma mission sera de préserver ce miracle le plus longtemps possible. »

Son premier défi : les élections générales qui doivent avoir lieu d'ici à novembre 2025. Un scrutin qui s'annonce périlleux, car l'image d'un parti modèle a été écorné par des scandales qui ont vu deux députés du PAP démissionner et un ministre inculpé pour corruption.


Lire la suite sur RFI