Vers des simulations climatiques plus réalistes pour prévoir notre futur

Insu
·1 min de lecture

Le projet PMIP (Paleoclimate Modelling Intercomparison Project), initié il y a presque 30 ans, coordonne des simulations de climats-clés du passé pour comprendre les différences par rapport au climat actuel et évaluer les modèles de prévision des climats futurs. Les premiers résultats de la quatrième phase de PMIP ont été publiés pour l’Holocène Moyen (il y a 6.000 ans) et le dernier interglaciaire (il y a 127.000 ans).

Ces deux périodes sont caractérisées par un fort cycle saisonnier du flux solaire dans l’hémisphère Nord, favorisant une grande saisonnalité des températures boréales et des moussons. Même si les modèles se sont améliorés dans leur représentation du climat pré-industriel, la plupart d’entre eux ne représentent toujours pas de façon satisfaisante l’augmentation de la mousson africaine pendant l’Holocène Moyen, caractérisé par un Sahara humide.

Résultats des modèles PMIP4-CMIP6 pour le dernier interglaciaire, il y a 127.000 ans : à gauche, température ; à droite, précipitations ; en haut , été ; en bas, hiver. Différences par rapport à l’époque pré-industrielle. On observe une forte saisonnalité du climat. © PMIP
Résultats des modèles PMIP4-CMIP6 pour le dernier interglaciaire, il y a 127.000 ans : à gauche, température ; à droite, précipitations ; en haut , été ; en bas, hiver. Différences par rapport à l’époque pré-industrielle. On observe une forte saisonnalité du climat. © PMIP

Tester des modèles plus réalistes

Les simulations du dernier interglaciaire sont une innovation : l’amplification du cycle saisonnier de l’hémisphère Nord est plus importante que pour l’Holocène Moyen. Cette période est caractérisée par une fonte importante de la banquise Arctique en été, quasi-totale avec certains modèles. La diversité des réponses des modèles parait liée aux paramétrisations des nuages et de l’albédo de la banquise. Des chercheurs ont relié ces résultats à ceux issus des mêmes modèles dans des simulations du futur où la teneur atmosphérique en CO2 augmente de 1 % par an depuis l’époque pré-industrielle. Les étendues de banquise d’été issues des différents modèles lors du doublement de la concentration en CO2 sont linéairement liées à celles obtenues pour le dernier interglaciaire. De telles comparaisons permettront de...

> Lire la suite sur Futura