Simon Coleman (France 2) - Jean-Michel Tinivelli : "Jouer un ado, quand on a 50 balais, c’est plutôt marrant !"

© François Lefebvre - FTV - JLA

Comment avez-vous réagi à la proposition de ce nouveau rôle de flic ?

Jean-Michel Tinivelli : L’histoire est drôle… La proposition m’a été faite pendant le Festival de la fiction de La Rochelle, en septembre dernier. Entre deux projections, je croisais sans cesse Richard Berkowitz, le producteur du téléfilm. Il insistait, sans m’en donner la raison, pour que je l’appelle. Et, le jour de mon départ, je tombe encore sur lui, à la gare. C’est là qu’il me présente le projet. « Chouette, encore un rôle de flic ! » J’ai accepté sans même avoir lu le scénario. Fin novembre, peu après avoir terminé le tournage du double épisode final d’Alice Nevers, j’ai enquillé direct avec Simon Coleman.

Qui est ce personnage ?

C’est un spécialiste des missions d’infiltration, une pointure dans la police… Il est rattaché à la Siat, le service interministériel d’assistance technique, chargé de démanteler les réseaux criminels. Pour mener sa carrière, Simon privilégie une vie sans attaches. Pas de relation régulière et encore moins d’enfants.

Aïe ! Il n’est pas du tout préparé à ce qui l’attend…

Sa vie est bouleversée lorsque sa soeur et son beau-frère décèdent dans un accident. Coleman se voit confier la garde de ses trois neveux. Pour s’occuper des mômes, il plaque son job et se fait muter dans un commissariat d’Aix-en-Provence.

Et, adieu le célibat et les virées en décapotable…

Un changement de vie radical ! Il ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles