Silencieuse depuis l'invasion du Capitole, Melania Trump dénonce des "ragots salaces"

·2 min de lecture

Melania Trump a pris la parole pour la première fois depuis l'invasion du Capitole. Elle a eu une pensée pour les victimes des violences tout en dénonçant «des ragots salaces, des attaques injustifiées et des accusations fausses» à son encontre.

Une pensée pour les victimes... mais aussi pour elle. Lundi, Melania Trump s'est exprimée pour la première fois depuis l'invasion du Capitole par des partisans de son mari et la mort de quatre manifestants et deux policiers au cours de la certification des résultats de l'élection présidentielle par le Congrès. La First Lady a publié une lettre sur le site de la Maison-Blanche dans laquelle elle dit ses pensées à «la vétéran de l'Air Force Ashli Babbit, Benjamin Philips, Kevin Greeson, Rosanne Boyland et les officiers de police du Capitole Brian Sicknick et Howard Liebengood», les six personnes qui ont trouvé la mort -le dernier s'est suicidé samedi, précise le «Washington Post», après être intervenu sur place mercredi. «Je prie pour que leurs familles trouvent du réconfort et de la force durant cette période difficile», a-t-elle écrit, se disant «déçue et démoralisée» par les événements de la semaine dernière : «Je trouve cela honteux qu'au moment de ces événements tragiques aient été propagés des ragots salaces, des attaques injustifiées et des accusations fausses contre moi -de la part de personnes qui cherchent à se mettre en avant et ont une intention cachée. Cette période est uniquement dédiée à la guérison de notre pays et de ses citoyens. Elle ne devrait pas être manipulée pour une avancée personnelle», dénonce celle qui, selon CNN, était en pleine séance photo de la décoration -des tapis, précisément- de la Maison-Blanche lors de l'invasion du Capitole.

Melania Trump poursuit en condamnant «absolument la violence qui a eu lieu au Capitole» : «La violence n'est jamais acceptable. En tant qu'Américaine, je suis fière de notre liberté d'exprimer nos points de vue sans être persécutés. C'est un des idéaux(...)


Lire la suite sur Paris Match