"S'il n'y a aucune réaction, la bonne volonté s'épuisera" : à l'hôpital de Melun, les soignants espèrent des changements après la crise du coronavirus

Valentin Dunate

Quel avenir pour l’hôpital après la crise du coronavirus ? Le ministre de la Santé Olivier Veran réunit à partir de lundi 24 mai les partenaires sociaux pour une grande réunion multilatérale destinée à réformer le système de santé français avec l’objectif d’aboutir à un plan cet été. D'ores et déjà et quasi naturellement, cette crise eu pour conséquences de changer certaines habitudes, comme au service de médecine intensive (réanimation et surveillance continue) du centre hospitalier de Melun (Seine-et-Marne).

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie et ses conséquences dans notre direct

Dans les couloirs de l’hôpital, c’est le calme après la tempête. Calme relatif, tout de même, comme l’explique le chef du service réanimation le docteur Mehran Monchi. "On a l'impression d'être dans l'œil du cyclone après avoir été en plein dans le cyclone. Il y a un doute : est-ce qu'on est dans l'œil et que le cyclone va reprendre ou est-ce que c'est vraiment le calme plat."

En réanimation, la capacité d’accueil a quasiment été doublée au plus fort de la crise, des renforts sont arrivés mais le docteur Mehran Monchi n’oubliera pas l’essentiel à ses yeux : "Le souvenir que je garde de ça, c'est qu'on a perdu des gens de 40-45 ans qui étaient pères de famille, avec des enfants en bas âge. Quand vous en avez beaucoup, c'est réellement triste."

"Il faut un changement de mode de fonctionnement"

À vrai dire, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi