Les "signes de radicalisation" brandis par Castaner vus par une spécialiste de l'Islam

Astrid de Villaines
Un policier français devant la Grande mosquée de Paris, pendant l'hommage aux victimes des attaques terroristes de Christchurch, mars 2019 (image d'illustration).

RELIGION - Une semaine après l’attaque de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts, Emmanuel Macron a appelé de ses vœux une “société de la vigilance” et Christophe Castaner a demandé un ”éveil collectif” face à l’Islam politique.

Le ministre de l’Intérieur a listé, à plusieurs reprises, les “signes de radicalisation” qui nécessiteraient un signalement en vue d’une enquête approfondie, comme “le port de la barbe, la pratique régulière et ostentatoire de la prière rituelle, une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de Ramadan” ou encore “le refus de serrer la main à une femme, le port du voile intégral en dehors du travail”.

S’il a précisé devant le Sénat que “personne ne fait de lien entre la religion musulmane et le terrorisme, ni même entre la religion musulmane, la radicalisation et le terrorisme”, ses propos ont suscité des réactions, notamment sur Twitter avec le #SignaleUnMusulman, qui se moquait de ses propos, faisant remarquer par exemple, comme l’a fait le député M’Jid El Guerrab que lui-même portait la barbe. 

Ce mot-clé a été diffusé plus de 50.000 fois, à l’heure où nous écrivons ces lignes, selon les chiffres de Visibrain, plateforme de veille médiatique.

 

 

Le hashtag #SignaleUnMusulman a été utilisé près de 50.000 fois en quelques jours, en riposte aux propos du ministre de l'Intérieur

Pour y voir plus clair, Le HuffPost a interrogé la doctorante en sciences politiques et spécialiste de l’Islam en France, Fatima Khemilat. Pour la chercheuse, ces propos “stigmatisent une religion” et sont “dangereux”.

Quand certains appellent à ne plus laisser passer les “signaux clignotants”, la chercheuse à l’avis très tranché, estime au contraire que les pratiques visées par le ministre sont “banales pour un musulman pratiquant” et que ses propos, au-delà de “diviser la société”, contribuent à “renforcer le terrorisme”.

Le HuffPost: Qu’avez-vous pensé des propos de Christophe Castaner sur les signes de radicalisation qu’il faudrait identifier chez les musulmans pour prévenir les attentats terroristes?

Fatima Khemilat: Depuis 2015, il y a la volonté...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post