Un signal radio inexpliqué en provenance du centre de la galaxie

·2 min de lecture

Il apparaît brutalement, disparaît plusieurs jours, revient plus brillant... Un signal radio en provenance du centre de la galaxie sème le trouble chez les chercheurs qui tentent de définir son origine.

C’est du jamais vu… Un signal radio en provenance du centre de la Voie lactée laisse les chercheurs perplexes, selon une menée par l’université de Sydney, et publiée le 12 octobre 2021 dans Astrophysical Journal. Il a d’abord été capté par le radiotélescope australien ASKAP. A six reprises, entre janvier et septembre 2020, les astronomes ont enregistré un signal très irrégulier, son intensité pouvant varier de 1 à 100 avant de disparaître, puis reparaître quelques heures ou jours plus tard, de manière totalement aléatoire. Et c'est un signal uniquement radio. Les chercheurs ont tenté de trouver sa trace dans d’autres domaines du spectre électromagnétique : X, infrarouge, visible. En vain. Pour l’heure, "ASKAP J173608.2-321635", son nom actuel faute de mieux, est donc uniquement une source radio… Mais de quel type ?

"La plus étrange propriété de ce signal est sa très grande polarisation"

En novembre 2020, l’équipe fait appel au radiotélescope MeerKAT en Afrique du Sud, plus sensible afin de compléter l'étude. Au début, silence radio, c’est le cas de le dire… Puis, le 7 février 2021, la source réapparaît, intense, avant de disparaître au bout d’une journée seulement. Pas de quoi fournir beaucoup de nouveaux éléments à l’équipe. En revanche, l’étude du signal confirme une autre particularité déjà enregistrée par ASKAP. "La plus étrange propriété de ce signal est sa très grande polarisation. Cela signifie que sa lumière oscille dans une seule direction, mais cette direction tourne au fil du temps", explique sur le site de l’ Zinteng Wang, co-auteur de la publication. En effet, la lumière, quel que soit le domaine (radio, visible, UV, X...), est une onde électromagnétique composée d’un champ électrique (E), et d’un champ magnétique (B), perpendiculaires l’un à l’autre. Ils sont situés dans un plan lui-même perpendiculaire à la direction de propagation du rayon lumineux. Lorsque l’onde n’est pas polarisée, le couple (E,B) tourne autour de cet axe de manière aléatoire. En[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles