La Sierra Leone abolit officiellement la peine de mort

·2 min de lecture

Après avoir longtemps résisté aux pressions des défenseurs des droits humains, la Sierra Leone est devenue vendredi le dernier pays en date à abolir la peine de mort. « Aujourd'hui, nous écrivons à nouveau une page d'histoire. Nous exorcisons en tant que Nation les horreurs d'un passé cruel », a déclaré le président Julius Maada Bio lors de la cérémonie de promulgation de l'abolition à Freetown, capitale de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.

« Au bout de vingt ans, nous tenons la promesse que nous nous étions faite en tant que Nation: au bout de vingt ans, la peine de mort est enfin totalement abolie en République de Sierra Leone », a dit le président Julius Maada Bio. Réagissant à cette annonce, la porte-parole de la Commission européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Nabila Massrali, a salué une « importante performance », dans un communiqué. L'abolition de la peine de mort « renforce le respect de la dignité humaine dans le pays et reflète la tendance croissante en Afrique et dans le monde à reléguer la peine capitale aux livres d'histoire », a-t-elle dit.

1998, date des dernières exécutions

Une cinquantaine d'États continuent d'appliquer la peine capitale dans le monde, par décapitation, pendaison ou encore injection létale. Sur le continent africain, une trentaine de pays maintiennent ce châtiment dans leur législation, mais une bonne partie d'entre eux n'ont pas procédé à des exécutions ces dernières années. En avril, la Cour suprême du Malawi a déclaré la peine capitale contraire à la Constitution.

En Sierra Leone, la première exécution capitale remonte officiellement à 1798, une décennie après la fondation de la colonie par la Grande-Bretagne pour des esclaves affranchis, a indiqué à l'AFP le ministre adjoint de la Justice Umaru Napoleon Koroma, joint au téléphone.

La loi sierra-léonaise de 1991 prévoyait la peine capitale pour le vol aggravé, le meurtre, la trahison et la mutinerie. Les dernières exécutions dataient de 1998, quand 24 officiers de l'armée avaient été mis à mort après une tentative de coup d'État un an auparavant. Les peines de mort étaient généralement commuées en réclusion à perpétuité. « Nous sommes un pays civilisé; nous ne devons exécuter personne et nous n'exécuterons plus jamais personne dans cette République souveraine », a-t-il dit.

Recommandation de la commission vérité et réconciliation

Malgré un sol riche en diamants, la Sierra Leone est l'un des pays les plus pauvres de la planète. Son économie, gangrenée par la corruption, a été dévastée par une guerre civile atroce (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts.

Une commission vérité et réconciliation mise en place pour enquêter sur le brutal conflit avait recommandé dans les années 2000 l'abolition de la peine de mort, l'assimilant à « un affront à la civilisation ». Mais les dirigeants sierra-léonais s'y étaient opposés. Les tribunaux ont ainsi condamné 84 personnes à la peine de mort entre 2016 et 2020, selon l'ONU.

(Avec AFP)

VIDÉO - La Virginie, premier État du Sud aux États-Unis à abolir la peine de mort

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles