"Le Covid-19 a invisibilisé la question du VIH", déplore la directrice de Sidaction

·1 min de lecture

Emmanuel Macron a appelé samedi à ne pas laisser le sida "reprendre du terrain" en invitant à la mobilisation pour le Sidaction. L'événement caritatif a lieu jusqu'à dimanche pour remettre en lumière le fléau du VIH, passé au second plan depuis un an et l'irruption de l'épidémie du Covid-19. "Lors du premier confinement, les centres de dépistages et les associations ont fermé. On a vu une baisse de 50% des tests dans les premiers mois dans le monde", alerte Florence Thune, directrice générale du Sidaction, invitée d'Europe 1 samedi. 

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

En France, elle estime que 24.000 personnes sont séropositives sans le savoir. "Cela veut dire qu'elles n'ont pas accès au traitement qui leur permettrait de rester en bonne santé, et qu'elles risquent de transmettre le VIH", explique Florence Thune, qui ajoute : "On le sait, le dépistage est primordial pour envisager la fin de l'épidémie."

"Le Covid-19 a invisibilisé la question du VIH"

La directrice du Sidaction exprime une "immense inquiétude" quant à l'éclipse de la campagne de dépistage mais aussi de celle de prévention. "Le Covid-19 a invisibilisé la question du VIH et créé un regain de mauvaises informations. Les heures d'éducation sexuelle dans les établissements scolaires n'ont pas été faites."

Des sondages montrent notamment que les jeunes sont plus nombreux qu'auparavant à penser que le VIH peut se transmettre en embrassant une personne atteinte ou en s'essayant sur une...


Lire la suite sur Europe1