En Sicile, des migrants, désespérant de pouvoir débarquer, se jettent à l'eau

Help us !, peut-on lire sur les pancartes des passagers. C'est le désespoir à bord d'un navire de sauvetage de migrants à Catane, en Sicile. Trois hommes se sont jetés à l'eau, la colère gronde suite au refus du gouvernement italien de laisser débarquer les migrants.

Le Geo Barents, un navire géré par l'ONG Médecins Sans Frontières avec 572 personnes à bord, a accosté dimanche. 357 passagers ont eu le droit de débarquer, des mineurs et des personnes ayant des problèmes médicaux.

Le Geo Barents et un autre navire humanitaire, le Humanity 1, ont reçu l'ordre de quitter Catane. Tous deux refusent d'appareiller, et l'impasse s'aggrave.

"Ayez pitié de ce bébé"

Ailleurs, soulagement pour les migrants sur un troisième navire, le Rise Above. Après des jours d'attente il a évacué ses 98 passagers en Calabre. Les problèmes de santé augmentaient à bord, dit Moussa, avec sa petite fille dans les bras : "C'est la varicelle. On ne peut pas la baigner, ça fait 10 jours qu'on ne l'a pas baignée. Elle ne peut pas manger, elle ne fait que pleurer. Ayez pitié de ce bébé'.

Le nouveau gouvernement de Giorgia Meloni, le plus à droite depuis la Seconde Guerre mondiale, a été élu sur la promesse d'adopter une ligne dure sur les migrants. Il répète que les bateaux ne battant pas pavillon italien doivent être accueillis par leurs pays respectifs.

D'après le ministère italien de l'Intérieur, plus de 88 000 personnes sont arrivées depuis les côtes africaines depuis début janvier.